Amplificateur 55W pour mon Mountain Topper Rig – Key clicks

Comme je vous le disais dans le précédent article (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2013/04/16/amplificateur-55w-pour-mon-mountain-topper-rig/), tout n’est pas si simple et rien n’est jamais parfait. Si l’ampli fonctionne très bien et sort un magnifique signal de 55 W, j’avais un doute sur la vitesse de commutation de mon relai.

Forme du signal CW du Mountain Topper Rig par KD1JV avec 6ms de montée/descente (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/100_3536 NULL.jpg)Le Mountain Topper Rig a une énorme qualité, c’est la propreté de son signal en télégraphie. KD1JV a énormément travaillé ce point et comme vous le voyez sur la capture ci-contre, la forme du signal CW est parfaite. Une montée et une decente de 6ms avec des arrêtes parfaitement arrondies. On ne peut rêver mieux pour un signal et c’est obtenu car le MTR n’utilise pas de relai pour la commutation et est un régal en QSK.

Au-delà d’être joli, cela à deux gros impacts. Le premier c’est que le signal est absent de key-clicks, c’est à dire qu’il restera d’une fréquence unique pure alors qu’une montée trop brève va créer un étalement très important du spectre (et de la puissance) transmise. Faire des key-clicks gêne les stations voisines sur la bande, ce qui n’est pas trop grave avec un transceiver QRP 5W, mais surtout cela gaspille de la puissance. Les amateurs de DX et de signaux faibles, savent très bien que pour pouvoir entendre une note en télégraphie noyée dans le bruit, il faut que celle-ci soit la plus pure possible. Quand vous transmettez avec 5W, vous êtes souvent reçu dans des conditions limites de l’autre côté, et avoir un signal propre c’est la garantie que le correspondant pourra vous décoder dans les cas les plus difficiles.

Capture de la commutation RX/TX de mon ampli, trop lente provoquant des key-clicks (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/100_3537 NULL.jpg)Visualiser l’effet de mon VOX HF et de mon relai sur le signal n’est pas une mince affaire. En effet c’est une situation très bréve et donc difficile à voir sur l’oscilloscope et encore plus à prendre en photo. En jouant avec les fonctionnalités de Trigger et de HoldOff de mon oscilloscope j’ai pu faire quelques clichés mais aucun n’est vraiment réussi. En plus cela veut dire prendre la photo à des vitesses lentes, et très vite la photo souffre du flou de bougé.

Capture de la commutation RX/TX de mon ampli, trop lente provoquant des key-clicks (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/100_3550 NULL.jpg)Toutefois voici deux clichés qui résume la situation. En regardant bien à gauche on peut voir le début du signal non amplifié à 4W, puis un blanc, puis un signal amplifié à 55W qui se termine proprement. Ceci traduit les opérations suivantes : le VOX HF nécessite environ 2ms pour détecter le signal, ensuite le relai à besoin de 2ms pour passer de la position RX à TX, puis on peut voir le bord arrondi du signal amplifié.

Cela veut donc dire que mon ampli va produire des key-clicks et qu’il faut que je trouve un relai plus rapide. Celui que j’ai utilisé et le seul que j’ai trouvé à Cần Thơ et il est fait pour des applications purement électrique industrielle. Bien trop gros et bien trop lent. En même temps, je ne transmets que 55W et pas en QSK, donc les effets négatifs seront limités. Et puis, mais ce n’est pas une consolation, de nombreux postes commerciaux font bien pire. La série des FT-1000 de Yaesu était bien connue pour ce défaut, mais quand on regarde l’article de QST concernant l’IC-7410 celui-ci n’est pas franchement mieux, et je ne vous parle des postes d’entrée de gamme qui sont parfois durs pour l’oreille en télégraphie…

FreeDV, la téléphonie numérique gratuite pour radioamateurs en HF

Avant toute chose par “téléphonie” je précise que c’est la capacité à transporter de la voix, et non pas l’accès au réseau téléphonique commuté des opérateurs télécoms.

Quand on parle de communication numérique pour les radioamateurs, on pense très souvent d’abord à D-Star (http://fr NULL.wikipedia NULL.org/wiki/D-STAR). Si ce dernier protocole à l’avantage d’avoir fait l’objet d’une étude d’ingénierie sérieuse par la JARL et qu’il fait office de standard avec son adoption par le constructeur Icom, son gros point noir reste l’aspect propriétaire de son CODEC (Ambe). Un groupe d’OM a très vite senti que pour pouvoir critique ce point, il fallait lui proposer une alternative viable. De là est née le développement de plusieurs logiciels avec un modem appelé FDMDV et un CODEC libre appelé Codec 2. Ces différents travaux ont permis l’aboutissement d’un logiciel aujourd’hui assez mature appelé FreeDV (http://freedv NULL.org/tiki-index NULL.php).

Interface FreeDV (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/tiki-download_file NULL.png)FreeDV et le Codec2 différent un peu de D-Star sur plusieurs points. Tout d’abord l’objectif n’est pas d’avoir une qualité parfaite mais plutôt équivalente à la BLU, ce qui correspond à la majorité des besoins OM. La priorité est donnée à une faible latence et aucun système de correction d’erreur (FEC) n’est utilisé. La bande passante (bande de base) nécessaire est aussi plus faible (1125 KHz) et peut être transmise en HF sans problèmes, avec une liaison correcte pour des rapports signal à bruit aussi faible que 2dB. Une “liaison de service” numérique à 25bps est transmise simultanément à la voix pour des échanges de texte de type “chat”.

La vidéo de démonstration ci-dessous est assez éloquente et la qualité est en effet équivalente entre le mode numérique et le mode analogique BLU. Je dis bien équivalent car les artefacts ne sont pas les mêmes et personnellement je trouve la voix numérique trop “mécanique” alors que la BLU donne l’impression de plus de douceur.

Vidéo démonstration communication HF Free DV (http://www NULL.youtube NULL.com/watch?v=ovAJBkOWKZ4)

Après cela, mon avis personnel est plus mitigé. Si j’apprécie l’aspect technique et ne peux qu’encourager les OM à progresser dans ce sens, j’ai du mal à y trouver une application autre que la satisfaction d’avoir fait la même chose que les “pros” mais avec des moyens amateurs. Pour le DX, ou même pour une simple discussion amicale, la BLU (sans parler de la CW) reste plus efficace, alors pourquoi s’embêter avec du numérique. L’intérêt de la numérisation (comme on l’a fait dans les télécoms il y a 30 ans) c’est de pouvoir s’abstraire du support physique, de passer d’un réseau à l’autre de manière transparente et de répéter (régénérer) le long d’une liaison cuivre ou optique sans y ajouter de bruit.

On va me dire que c’est justement le but, s’interconnecter facilement avec internet, et faire passer nos communications de la HF vers la VHF, etc. Sauf que moi je n’ai pas envie de faire de l’Internet mais de faire de la Radio, et qu’en principe chez les radioamateurs le contenu est secondaire (puisque sévèrement restreint par nos legislations) alors qu’on contraire le “comment” est plus important. C’est d’ailleurs pour cela que les Easy-Sat comme le défunt AO-51 ou le futur Eagle ont plus de succès (en terme d’utilisateurs) que les satellites plus évolués (et plus fragiles). Ils permettent à un plus grand nombre d’apprendre le “comment” de la communication par satellites.

Amplificateur 55W pour mon Mountain Topper Rig

Ca faisait un petit moment que j’y pensais, mais faute de temps je n’avais pu m’y mettre sérieusement. L’amplificateur HF à base de Push-Pull 2SC2290 (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2010/06/22/sprint-ap-contest-et-ampli-hf-100w-a-2sc2290/) que j’avais adapté pour le SoftRock RXTX Ensemble (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2010/09/03/softrock-rxtx-ensemble-%e2%80%93-4-wspr-et-qrss/) prenait la poussière depuis un an. En effet, je n’utilise plus mon SoftRock que comme outil de mesure et de visualisation ou pour faire des sessions de WSPR. Pour cette dernière application, 500mW à 1W sont parfait, donc l’ampli est passé à la remise…

Mountain Topper Rig (KD1JV) et Amplificateur Push-Pull 2SC2290 avec commutation automatique par détection HF - 55W sur 14 MHz (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/100_3525 NULL.jpg)Avant de le ranger sur l’étagère, j’avais quand même fait quelques mesures un peu plus sérieuses de son comportement, et dès que la puissance devient supérieure à 2W le rendement augmente grandement. L’envie était donc grande de l’adjoindre au Mountain Topper Rig (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2012/09/16/en-portable-qrp-avec-le-mountain-topper-rig/) pour avoir un peu plus que 4W. La plupart du temps j’utilise mon petit transceiver QRP depuis la ferme, et c’est à la plus mauvaise heure possible pour le 20 mètres, donc 50W ne sont pas de trop pour faire un QSO. Le poids de la bête (raisonnable somme toute) n’est pas non plus un handicap puisque je ne fais pas de la randonnée.

La “difficulté” c’est de piloter la commutation émission/réception. Je pensais me repiquer sur le circuit idoine du MTR que je l’avais fait pour le SoftRock, sauf que le micro-contrôleur ou le transistor en question sont du mauvais côté du circuit-imprimé. Et faire des modifications lourdes sur le MTR ne me tente pas trop. Quand ça marche bien, pas question d’y mettre les mains pour tout casser.

Circuit RF sensing et commutation émission réception par ON6MU (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/Commutation-RX-TX-par-ON6MU NULL.gif)J’ai donc regardé un peu quel circuit de détection de RF (VOX HF) je pourrais ajouter pour faire commuter mon relai. J’ai trouvé chez ON6MU un schéma qui allie à la fois simplicité et performances selon lui (http://users NULL.belgacom NULL.net/hamradio/schemas/RF_amplifier_15and17_meterband_10w_HFamp NULL.htm). Le même circuit est repris sur plusieurs de ses montages. J’avais tous les composants sous la main donc le montage ne m’a pris qu’une petite demi-heure et bien entendu a fonctionné du premier coup.

Trace sinusoïdale 144,8V à 14MHz produit par l'ampli à 2SC2290 avec le MTR en entrée, sonde x10 (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/100_3527 NULL.jpg)J’en ai profité pour faire des mesures et comme vous le voyez sur la photo ci-contre, l’ampli sort allègrement 144,8V (la sonde est une x10) sous 12V pour un peu moins de 4W en entrée. La sinusoïde est aussi belle en entrée qu’en sortie, ce qui veut dire qu’une harmonique n’est présente sans besoin de filtrage supplémentaire.

Certains vont trouver que l’ensemble fait un peu lourdingue et que j’aurai mieux fait d’emporter mon FT-100 ce qui m’aurait donné 100W sur toutes les bandes. C’est sans compter avec le confort de traffic du MTR dont le récepteur est d’une qualité remarquable. De plus, l’ampli est en classe C et le MTR a une consommation extrêmement basse en réception, ce qui me permet de l’utiliser sur batteries pendant des heures. Et il est aussi très flexible, car sans l’ampli le MTR se satisfait même d’une pile 9V pour trafiquer quelques heures sans soucis.

Bon, tout n’est pas aussi rose que je vous laisse le penser, mais il est tard et la suite c’est pour demain…

Inspection de pylônes et d’antennes avec un Drone

K1TTT a partagé sur la liste TowerTalk une vidéo d’inspection de son champ d’antennes à l’aide d’un hélicoptère modèle réduit commandé à distance AR Done 2.0 (http://ardrone2 NULL.parrot NULL.com/i-want-it/). C’est vrai que les images sont impressionnantes et qu’avec un peu d’entrainement on peut facilement faire une inspection minutieuse des aériens et du mat. Je passe les détails mais l’AR Drone est un aéronef miniature télécommandé très stable et facile à pilote (décollage et atterissage automatisés) qui possède une caméra 720p et tout un tas de possibilités de communication (WiFi pour la commande par exemple). Le pilotage se fait via un logiciel sur un smartphone. L’autonomie en vol est de 12 minutes (batterie LiPo de 1000mAh) et la portée limitée par le WiFi, ce qui fait que ça reste un jouet. Toutefois, pour nos besoins, c’est largement suffisant.

Inspection antennes K1TTT par drone (http://www NULL.youtube NULL.com/watch?v=KIfhRzGo8uI)

Quelques OM faisait remarqué dans la discussion que tant que c’est pour un usage personnel, cela ne pose pas de problèmes. Toutefois, si vous comptez “vendre” ce service, aux USA comme dans beaucoup de pays, cela relève de l’aviation commerciale et une licence spéciale est nécessaire. L’utilisation de tels drones aux performances limitées à des fins commerciales reste récente, et les lois ne sont pas toujours adaptées…

Le Stellaris LaunchPad rebaptisé Tiva C

Texas Instruments Tiva C LaunchPad (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/2013-04-12_Tiva_Launchpad_angle NULL.jpg)Texas Instruments a apporté quelques modifications à sa plateforme hardware pour micro-contrôleurs haute performance. En plus d’être renommée Tiva C LaunchPad, le composant soudé sur la carte est un TM4C123GH6PM qui ajoute des capacités de PWM, QEI, Hôte USB avec OTG. Cette dernière fonctionnalité USB On-The-Go est un peu ce qui manquait à la précédente version et permet de connecter beaucoup plus facilement un clavier ou un autre périphérique de saisie et surtout d’accéder aux mémoires de masse sur port USB (disque dur, Flash…). Le prix est toujours de 13 USD ce qui le rend très très attractif face aux 10 USD auxquels est passé le LaunchPad MSP430 de TI.

Sytèmes de rotor d’antennes par K7NV

Rotor K7NV (http://www NULL.k7nv NULL.com/proppitch/)K7NV a conçu des systèmes de rotor d’antennes assez originaux. Le moteur du rotor lui-même est en effet une pièce d’avion à hélice, le moteur permettant de faire varier le pas de l’hélice. Les éléments sont complètement reconditionnés, subissent un traitement anticorrosion et adaptés pour être placé sur un pylône. Ils sont particulièrement robustes et tout à fait indiqués pour faire tourner des antennes Yagi pour la bande des  80m par exemple…

Ses boîtier de commande sont fabriqués par Green Heron Engineering (http://www NULL.greenheronengineering NULL.com/) et sont aussi innovants. Ils  permettent par exemple de câbler la majorité du chemin entre le shack et l’antenne en basse tension, et de placer un boîtier “commande de puissance” étanche en haut du mat. Green Heron propose aussi un système de contrôle de rotor d’antenne “sans-fil”, le boîtier de puissance de command du rotor étant piloté par un module radio XBee.

Mise à jour du Keyer Arduino de K3NG

K3NG contest keyer par XV4Y (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/09/100_3275 NULL.jpg)Ce week-end c’est le concours Japan International DX (JIDX) (http://jidx NULL.org/) partie télégraphie. Je mets donc à jour mon programme de cahier de trafic (N1MM) ainsi que le manipulateur électronique USB. Ca faisait longtemps que je n’avais pas jeté un oeil sur le code source du Manipulateur Electronique pour Arduino de K3NG (http://sourceforge NULL.net/projects/k3ngarduinocwke/files/?source=navbar) et pas mal de fonctionnalités ont été ajoutées. Je vous conseille donc de regarder un peu le descriptif détaillé sur son blog (http://blog NULL.radioartisan NULL.com/arduino-cw-keyer/) et de télécharger la mise à jour si vous l’utilisez.

Mesure de distances avec un capteur ultrason et un Arduino

Capteur Ultrason Arduino XV4Y (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/100_3524 NULL.jpg)Pour un projet professionnel auquel je participe avec un ami (il lit ces lignes donc je précise ami, ça ne coûte rien), je dois réaliser tout un tas de mesures sur ce qu’on pourrait appeler un environnement industriel. Vitesse de moteurs, niveaux de cuves, ouverture de portes…

J’ai donc commandé quelques échantillons de capteurs histoire de voir comment causer avec, interpréter leurs données et surtout vérifier s’ils étaient adaptés aux mesures qu’on veut leur faire faire et à l’environnement particulier d’installation. Parmi ceux-ci un des moins chers et des plus simples à utiliser est un capteur ultrason pour mesurer des distances. Suivant le descriptif, il se commande par une broche se lit par une autre, répond vite, fait des mesures jusque 4,5m avec une précision de 3mm. Le signal est envoyé par un transducteur (un petit haut-parleur piezo) sur une fréquence d’environ 40 KHz et reçu un peu plus tard par un autre. Il s’alimente en 5V et la consommation est inconnue mais vraisemblablement faible.

Première remarque, les deux cellules émettrice et réceptrice étant séparée de quelques centimètres, il faut que vous soyez bien “parallèle” à l’objet à mesurer, surtout pour des mesures à courte distance. Deuxième remarque, le signal transmis est assez peu directif, et un objet passant dans un champs de 90° est vite détecté et vient parasiter vos mesures. Troisième remarque, pour des mesures en champ lointain, il faut que l’objet à mesurer soit plan sinon l’écho retransmis est trop faible.

A ceci, vient s’ajouter une confusion qui est souvent faite entre précision de la mesure et justesse (ou taux d’erreur). Le fait que ce capteur est vendu à un français par des chinois qui écrivent en anglais n’aide pas à se mettre d’accord sur les mots. Tout cela pour dire que si les mesures ont une précision de 3mm, l’erreur est elle vraisemblablement supérieure au centimètre pour la distance maximale (de l’ordre de 1% semble probable). Je tiens encore une fois à préciser que j’ai pris le capteur le moins cher et qu’il y a certainement mieux sur le marché, mais les grands principes sont les mêmes.

Dernier, point, contrôler et lire ces capteurs est donc très simple, et j’ai d’abord tenté de faire mes mesures “à la mimine” comme on le voit sur beaucoup d’exemple. Ceux qui font ça n’ont pas du beaucoup valider leurs résultats ensuite. Même après filtrage des valeurs incohérentes et calcul d’une moyenne, la qualité des mesures était mauvaise. Ensuite je suis passé par la librarie NewPing et là tout de suite c’est devenu plus exploitable (mais avec les restrictions données ci-dessus).

En conclusion, si vous êtes intéressés pour faire des mesures avec de tels capteurs, je vous conseille d’abord de commencer par un proto et de valider son fonctionnement dans vos conditions avant de vous lancer. Pour moi, l’application de tels capteurs est plutôt dans le cadre de détection d’approche, de radar de recul ou de détecteur de présence, mais pas vraiment dans la mesure. A noter que souvent ils sont présentés comme Ultrasonic Range Detection Sensor et non comme outil de mesure… mais la suite de la description joue sur les mots.

Je publie ci-dessous mon code en sachant qu’il n’apporte pas grand chose par rapport aux exemples donnés avec la librairie NewPing, mais ça peut toujours servir.

/*
Prototype mesures ultrason avec affichage LCD
By Yannick DEVOS - XV4Y
http://xv4y.radioclub.asia/

Copyright 2013 Yannick DEVOS under GPL 3.0 license
Any commercial use or inclusion in a kit is subject to author approval

====
The display is on a 16x2 LCD Display with HD44780 compatible driver, use the traditional 4 bits interface on pins 10, 9, 8, 7, 6, 5

In order to compile this program with Arduino 1.0.1, you will need to install 2 libraries :
- New LiquidCrystal
https://bitbucket.org/fmalpartida/new-liquidcrystal/wiki/Home
- NewPing ultrasound sensor library
https://code.google.com/p/arduino-new-ping/

====
Revision history :
v1.00    2013-04-11
         First release

====

*/

#include <Wire.h>
#include <LiquidCrystal.h>
#include <NewPing.h>

// ****
// Here some Parameters you may change
// ****

#define ULTRA_TRIGGER A2        // What pin we have connected the Ultrasonic range sensor Trigger pin
#define ULTRA_ECHO    A3        // What pin we have connected the Ultrasonic range sensor Echo pin
#define MAX_DISTANCE 350        // Maximum distance we want to ping for (in centimeters). Most sensor are rated at 400-500cm.

// Variables
unsigned long duration=0;
long int      distance=0;

LiquidCrystal lcd(5, 6, 7, 8, 9, 10);  // You can change this settings to your convenance, please see the library documentation
NewPing sonar(ULTRA_TRIGGER, ULTRA_ECHO, MAX_DISTANCE); // NewPing setup of pins and maximum distance.

void setup()
{
  lcd.begin(16,2);
  lcd.home ();

  lcd.print("Ultraçon");

  pinMode(ULTRA_TRIGGER, OUTPUT);
  pinMode(ULTRA_ECHO, INPUT);

  delay(1000);
  lcd.clear();
  lcd.setCursor ( 0, 0 );
  lcd.print("Distance"); 
}

void loop()
{

  // The speed of sound is 340 m/s or 29 microseconds per centimeter.
  // The ping travels out and back, so to find the distance of the
  // object we take half of the distance travelled.
    duration = sonar.ping_median(5);  // We do 5 measurements to have a good average and filter bad measurements
    distance = ((340 * duration) / 1000)/2;

    lcd.setCursor ( 0, 1 );
    lcd.print("              mm");
    lcd.setCursor ( 0, 1 );
    lcd.print(distance);
    delay(500);

}

Firmware 1.02 pour le TS-990s [MAJ]

TS-990s sans couvercle N4DRO - W6GPS (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/03/DSC_6580 NULL.jpg)Il y a quelques jours un OM faisait remarquer sur le Groupe Yahoo dédié au Kenwood TS-990s un comportement étrange de ce dernier. Cet OM, Marcus PA2DB, possède des transverters d’origine DB6NT Kuhne qui nécessite 1mW en entrée. C’est parfait puisque le TS-990s (comme le TS-590s) dispose d’une sortie DRV avec ce niveau de puissance. Le modèle haut de gamme de Kenwood dispose aussi du mode TRV qui permet d’utiliser les transverters splits et simplifie la gestion des fréquences.

Le problème, c’est qu’en vérifiant la puissance sur le connecteur DRV Marcus n’y trouva pas 1mW mais 10mW! 10mW ça reste peu vous me dirait, mais c’est suffisant pour griller un transverter… Après quelques tests supplémentaires il se rendit compte que le niveau de puissance variait avec le chiffre du niveau de puissance principal indiqué pour le mode “sans transverters”.

Sans bruit, ce matin Kenwood a publié une mise à jour du firmware du TS-990s (http://www NULL.kenwood NULL.com/i/products/info/amateur/software_download NULL.html) que 7N3ULM a vite partagée avec la communauté. Celle-ci contient deux corrections, dont une résolvant le problème de PA2DB… Si ça c’est pas de la réactivité! Chapeau bas aux ingénieurs de Kenwood!

[MAJ] Je n’avais pas réalisé en écrivant l’article mais l’autre changement apporté par la mise à jour est aussi lié à une demande exprimée sur le Groupe Yahoo. Il s’agit en fait de pouvoir utiliser les touches de fonction d’un clavier connecté sur le port USB comme raccourci pour des commandes du TS-990s (envoie des mémoires du manipulateur par exemples).

Bliss Radio QRP kits : Bibande HF 15 W et Monobande 5W

th300 KA7MWL (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/th300_pro NULL.jpg)Sean KA7MWL propose deux kits transceivers QRP décamètrique assez intéressants et différent de l’offre actuelle (http://www NULL.nitehawk NULL.com/blissradio/).

Le TH300 utilise une bonne part de composants CMS mais permet d’avoir un transceiver CW/BLU sortant 15W sur 7 et 14 MHz pour 146 USD. La réception est possible en dehors des bandes amateurs mais restreintes aux valeurs des filtres de bandes (soit entre 4 MHz et 14,5 MHz en deux bandes). Le premier mélangeur est du type équilibré à diode, ce qui garanti une bonne tenue face aux signaux forts. Tous les composants sont fournis sauf le DDS AD9850 qui doit être commandé à part.

Panda KA7MWL (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2013/04/bliss_pic2 NULL.jpg)Le Panda est quant à lui plus simple avec un design monobande (au choix 7 MHz ou 14 MHz) utilisant un Super VXO. Il est aussi CW et BLU avec un premier mélangeur à diodes mais ne sort que 5W en émission avec une consommation réduite de 50mA en réception. Le prix est de 73 USD.

Un petit commentaire personnel. Je n’ai pas eu ces kits entre les mains. Visuellement la qualité semble bonne et plusieurs OM sur des listes de diffusions en semblent satisfaits. Si la documentation est complète et les schémas sont disponibles en ligne, il manque par exemple une liste détaillées des composants fournis. Le boîtier semble inclus, et dans ce cas le prix est excellent, mais je n’ai pas confirmation de l’information.