Étiquette : monter soi-même

Construire soi-même une sonde d’oscilloscope

Pendant plusieurs années je me suis débrouillé sans oscilloscope. Tout d’abord le fréquencemètre de l’ANTAN (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/xv4tuj-station-radioamateur-en-ok20ua/analyseur-dantenne-antan-de-f6bqu/) m’a rendu de bon services. Puis une simple sonde RF (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2010/03/01/kit-bitx-%e2%80%93-9-ca-marche/) pour voltmètre faite à partir d’une diode germanium et de quelques composants m’a permis de faire des mesures de tensions et de suivre un signal HF. Ensuite le SoftRock RXTX (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2010/06/26/softrock-rxtx-ensemble-1/) utilisé comme oscilloscope ou comme analyseur de spectre bande très étroite m’a aidé dans mes mises au point. Sans oublier la simple entrée audio d’un PC avec le logiciel adéquat qui fait un bon travail jusque quelques KHz.

Toute cela est bien pratique et suffisant quand on est en terrain connu, c’est à dire quand on assemble un kit ou qu’on suit un article bien détaillé à la lettre. On connait les ordres de grandeurs, les fréquences, et si on est soigneux en général les mesures servent juste à vérifier que tout fonctionne bien. Dès que l’on veut faire ses propres constructions en partant de zéro, du matériel plus coûteux est nécessaire, c’est à dire un oscilloscope et pour les plus chanceux un vrai analyseur de spectre. Aujourd’hui un oscilloscope neuf et encore plus d’occasion n’est plus un objet inaccessible. On trouve un DSO (Oscilloscope numérique) de bonne facture pour quelques centaines d’euros. Je ne parle pas de boîtiers à brancher sur un PC qui sont bon marchés mais plein de défauts, mais plutôt de vrai oscilloscope comme ce Rigol DS1052 (http://www NULL.conrad NULL.fr/ce/fr/product/122422/Oscilloscope-numrique-DS1052E/SHOP_AREA_17625&promotionareaSearchDetail=005;jsessionid=C18148C964143317C1716399C1FE857B NULL.ASTPCEN23) qui m’aurait fait rêvé il y a 10 ans.

IWATSU SS-6122 (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/12/ss6122 NULL.jpg)La difficulté pour moi c’est d’en trouver un au Viêt-Nam. Les prix pour ce type de matériel sont plus élevé qu’en Europe. J’ai de la chance, un oncle de ma femme est directeur technique d’un grand hôpital, génie des micro-ondes et connaît tous les circuits d’importation de matériel de laboratoire. Je lui demande donc une adresse pour acheter un oscilloscope analogique 20MHz ou mieux d’occasion. Comble de bonheur pour moi, il a en fait un lot d’oscilloscope IWATSU SS-6122 100 MHz qui l’encombrent car il a renouvelé son parc pour des Tektronix 400 MHz. Pour moins de 200 USD il y en a un pour moi.

Homebrew oscilloscope probes (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/12/oscilloscope-probes-dscf4651 NULL.jpg)Pour ceux qui ne le connaissent pas, ce modèle de chez IWATSU est dans ce qui se fait de mieux comme oscilloscope analogique. 4 canaux, 100 MHz mais visualise jusque 170 MHz sans problèmes, système de curseurs très riche en fonctionnalités avec fréquencemètre… De loin une Rolls par rapport à ce que j’avais utilisé jusqu’à présent (sauf en école d’ingénieur et au travail bien entendu). De plus, pour ceux qui travaille sur de la HF, un oscilloscope analogique est parfois préférable à un DSO qui va apporter des artefacts lors de la numérisation.

Bon voilà, j’ai un oscilloscope et un bon! Sauf que je n’ai plus de sonde sous la main!!! Vous allez me dire pour faire un test un bout de fil suffit et c’est vrai, mais pour voir quelque chose d’un peu juste sans charger le circuit ou l’oscillateur, une sonde est nécessaire. Qu’à cela ne tienne, un petit coup de recherche sur internet et je retrouve les valeurs et les formules pour faire un sonde rapidement (http://cromwell-intl NULL.com/radio/probes NULL.html). Cet article de YD1CHS est aussi très explicatif (http://yd1chs NULL.files NULL.wordpress NULL.com/2010/10/2010-10-17-yd1chs-homebrew_oscilloscope_probe NULL.pdf) et reprend le même concept que la page précédente. Cette sonde ne sera pas correcte jusque 100 MHz, mais j’ai déjà commandé sur eBay de vrai sondes qui seront aussi plus pratiques.

Au passage, quand j’étais F1TUJ j’avais un oscilloscope que m’avait gentiment donné F1GUM. Un excellent Schlumberger 20 MHz qui m’a rendu différent services même si je bricolais moins à l’époque. Le problème de cet oscillo c’est qu’il pesait à lui seul plus que mon quota de bagages dans l’avion au Viêt-Nam! Impossible à ramener et il a fait le bonheur d’un ami pour son club d’électronique.

Transceiver VHF et UHF en kit

Aujourd’hui, fabriquer soi-même un émetteur-récepteur décamètrique en kit avec des performances et fonctionnalités dignes d’un produit commercial est tout à fait possible. Sans vouloir énoncer ici un catalogue, entre le K2 d’Elecraft qui bien que vieillissant et analogique séduit toujours de nombreux DXer et le SDRCube offrant un traitement du signal sur la fréquence intermédiaire, il y en a pour tous les goûts. Bien entendu, il faut être conscient que certains compromis seront nécessaire : coût, encombrement si un amplificateur extérieur est nécessaire, couverture des bandes de fréquence…

Pour le 144 MHz et au-delà, c’est une toute autre histoire. Si la construction OM et les kits sont assez abondants du côté des micro-ondes grâce à la bonne disponibilité de circuits venus de la téléphonie mobile, entre 100 MHz et 1 GHz c’est un peu le désert. Si jusque 50 MHz les méthodes de construction permettent d’utiliser des circuits facilement disponibles et plutôt tolérants, pour le 2 mètres il faut faire preuve de plus de soin et surtout trouver les composants adéquats n’est pas toujours aisé. De plus, la présence sur le marché de postes FM à très bas prix décourage la cible potentielle des OM juste curieux. Si quelqu’un comme moi veut tenter l’aventure de monter un poste HF BLU, il pourra trouver un kit BitX pour environ 50 EUR, un dixième d’un poste du commerce (bien plus complet il est vrai). La même chose en VHF coûterait vraisemblablement le double du prix, serait plus difficile à assembler et ne rivaliserait pas au côté de postes du commerce en terme de fonctionnalités (mémoires, encodeurs DTMF, APRS…), points importants pour les utilisateurs de la FM.

Transceiver DSP-10 vue interne (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/12/dsp5 NULL.jpg)Il reste les accrocs du bricolage et du montage OM et ceux qui recherchent la performance pour les communications par satellites ou l’EME. En fait les vrais pro du fer à souder n’ont pas besoin de kit. Ils savent déjà où trouver les composants et faire leurs circuits-imprimés eux-même. Au-delà de rendre la construction accessible à un plus grand nombre, l’intérêt du kit est d’avoir une conception éprouvée et des composants déjà sélectionnés pour leurs qualité. Le vrai bricoleur s’en passe s’il le faut et il fera le travail de validation lui-même. Pour les adeptes de la performance, le choix s’oriente vers des transverters (http://f1bzg NULL.pagesperso-orange NULL.fr/transverters_f1jgp NULL.htm) qui eux sont plus facilement disponibles en kit. La FI étant vers un poste du commerce sur 28 MHz, 50 MHz ou 144 MHz, voire pourquoi pas un SDR du type FlexRadio (http://www NULL.flex-radio NULL.com/products NULL.aspx?topic=f1 NULL.5k_features) ou pour les plus acharnés un transceiver HPSDR (http://www NULL.tapr NULL.org/hpsdr_index NULL.html).

Enfin, comme d’habitude je mets du temps à en venir à mon sujet… mais je décèle chez vous un petit côté masochiste puisque vous êtes restés. Voilà, je voulais faire un petit article sur des kits transceivers (je dis bien transceiver, et non pas récepteur) VHF et il n’y en a pas. Il y en a eu comme le SDR-10 proposé en kit (depuis longtemps épuisé) par leTAPR et pour lequel F5MI a fait une excellente traduction (http://f5mi NULL.64 NULL.pagesperso-orange NULL.fr/DSP-10%20_fichiers/DSP-10%20par%20W7PUA NULL.htm), ou le Hohentwiel (http://www NULL.qrpproject NULL.de/UK/Hohentwiel NULL.htm) allemand pour lequel je ne trouve pas de source d’approvisionnement, mais c’est aujourd’hui du passé. Le premier est un transceiver haute performance qui par certains aspects surpasse les produits du commerce, l’autre est un poste analogique plus traditionnel mais qui n’est pas là pour faire de la figuration.

Galène 144 VHF 2 mètres transceiver modifié par F5LGJ

Ah, j’oubliais, mais ce qui m’a donné l’idée de cet article c’est un peu souvenir nostalgique d’une publicité pour le kit Galène 144 (http://f5lgj NULL.chez-alice NULL.fr/galene NULL.html) parue dans Mégahertz Magazine il y a quelques années. A l’époque j’étais jeune et ce poste me paraissait inaccessible tant financièrement que techniquement. Aujourd’hui je regrette de ne pas m’y être frotté. Le nom m’est revenu en tête à cause de l’article d’hier sur les récepteur à cristal…

Kits récepteur à cristal pour enfants et débutants

Merci à John AE5X pour l’information (http://www NULL.ae5x NULL.com/blog/2012/12/01/cw-scrubber-kit-is-now-cw-regen-filter-kit/#more-10652).

Kit récepteur à cristal (http://www NULL.midnightscience NULL.com/kits NULL.html#kit2)Je ne connaissais pas ce fabricant de kits, mais XTal Set Society (http://www NULL.midnightscience NULL.com/kits NULL.html) propose des kits variés et intéressants. En particulier, ils ont une gamme de circuits de récepteurs à cristal y compris un véritable poste à galène (http://www NULL.midnightscience NULL.com/kits NULL.html#kit1B) et un kit de premier récepteur particulièrement adapté aux enfants (http://www NULL.midnightscience NULL.com/kits NULL.html#kit2). Si vous avez des enfants que vous voulez intéresser à la radio ou des jeunes radioamateurs en recherche d’un premier kit, vous trouverez certainement une idée de cadeau de Noël. Personnellement je ne me souviens avoir fait mes premiers montages avec un coffret Détecteur à galène (http://www NULL.midnightscience NULL.com/kits NULL.html#kit1B)d’initiation à l’électronique de chez Tandy offrant 400 montages. Parmi ceux-ci il y avait un récepteur à cristal et des émetteurs à éclateur…

D’autres kits QRP d’un niveau plus relevé sont aussi offerts, en particulier celui d’un réducteur de bruit par régénération (http://www NULL.midnightscience NULL.com/kits NULL.html#kitcwregen). Les atténuateurs calibrés avec charge intégrée peuvent trouver leur place dans le shack de n’importe quel opérateur intéressé par les expérimentations QRP.

L’inductancemètre du pauvre

Le titre peut prêter à sourire mais vu le coût du montage que je vous propose et sa précision somme toute relative, il me paraît juste.

Nous sommes tous confrontés à devoir mesurer des inductances soit parce que nous ne savons plus en lire les valeurs, soit parce que le matériau constituant le noyau est inconnu, soit tout simplement parce qu’entre la théorie et la réalité la marge peut être importante.

Cet appareil pourra rendre de nombreux services et est très simple à construire. Il se base sur mesure indirecte pour déterminer la valeur de L. En effet, il faut avoir entre les mains un fréquencemètre (à la limite un récepteur de trafic dont la fréquence de référence est correctement calibrée). De plus la qualité des mesures va aussi dépendre du soin apporté au montage et de la marge des composants utilisés.

Schéma L-meter inductancemètre (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/08/64f1 NULL.jpg)

Le texte original an anglais explique tout en détail (http://www NULL.edn-europe NULL.com/print NULL.asp?id=1480) mais voici un résumé. Le montage est constitué de deux amplificateur à émetteur commun montés en cascade qui forment une bascule retrocouplée non saturée. Un étage émetteur commun réalise une inversion de phase et deux étages en cascade forme un amplificateur à rétroaction (feedback) non-inverseuse avec un gain qui provoque une réaction. Sans la présence de l’inductance à mesurer, L, la réaction se passe au courant continu, et le circuit se comporte donc en bascule bistable dans un état ou l’autre. En connectant l’inductance L, on réduit la rétroaction CC positive en dessous du niveau de réaction. Par conséquent la réaction ne peut se passer qu’en courant alternatif et le circuit devient un oscillateur astable.

A noter que la valeur d’inductance minimale qui puisse être mesurée est autour de 1µH,ce qui est élevé mais convient aux montages HF. La limite supérieure est dictée par la résistance interne à l’inductance qui ne doit pas dépasser 70Ω ce qui est beaucoup.

Après avoir mesuré la fréquence (faites le à travers un couplage atténué si vous utilisez un transceiver), vous pouvez utiliser la formule L=50/F avec F la fréquence relevée pour en déduire l’inductance. L’auteur conseil d’utiliser une pile type NiMH ou NiCd dont la tension est plus stable ce qui améliore la précision. La consommation du circuit est de 6mA.

Merci à Arv K7HKL pour l’information.

Nouveau kits chez K5BCQ : ampli linéaire et panadapter pour le SDR2Go

Kees est vraiment très prolifique et il suffit de ne pas aller sur son site web pour que deux nouveaux kits apparaissent. Je l’ai déjà dit, mais ses produits sont d’excellente facture, utilise des composants de bonne qualité et d’un rapport qualité/prix imbattable à mon avis. La documentation est parfois succincte et ses choix de conception peuvent ne pas convenir à tous les besoins, mais vous choisissez en connaissance de cause.

K5BCQ 20W Amplificateur QRP RD16HHF (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/08/AMPpicture NULL.jpg)Le premier kit (numéro 15 sur la page de Kees (http://www NULL.qsl NULL.net/k/k5bcq/Kits/Kits NULL.html)) est un amplificateur linéaire de 20W à base de RD16HHF1, un peu dans la veine de celui dont je vous parlais il y a quelques jours (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2012/08/20/amplificateur-qrp-hf-universel/). Celui de K5BCQ ne comporte pas d’étage driver et est prévu pour 1W maxi en entrée (parfait derrière un SoftRock Ensemble RXTX). Il intègre un SOX (VOX PTT) prévu pour passer automatiquement en émission en présence d’un signal CW, mais qui devrait marcher aussi en BLU. La place sur le PCB et les composants sont prévus pour ajouter un atténuateur en Pi de 3dB en entrée, et un circuit de feedback (rétroaction) est prévu. Bien que pensé pour fonctionner en classe A/B, l’ampli peut être réglé pour fonctionner en classe C si vous n’opérez qu’en CW (ou tous signaux similaires comme WSPR) et que vous souhaitez réduire la consommation. Ce kit ne comporte pas de filtre passe-bas mais un kit est disponible en Australie et Kees dispose aussi des PCB correspondant pour 10 $US. Détail intéressant, les prix dépendent du radiateur que vous choisirez et vont de 50 $US sans radiateur à 60 $US avec soit un radiateur passif de qualité soit un radiateur ventilé mais plus petit. Le port est 7$ sans radiateur, plus si vous voulez un radiateur car ce dernier est lourd.

Picture by K5BCQ/W8NUE of a SDR2Go with panadapter add-on kit (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/08/MiltsLCD NULL.jpg)Le deuxième kit est une addition au SDR2Go, circuit expérimental permettant de faire fonctionner une platine SDR comme le SoftRock de manière autonome (dans l’esprit du SDRCube (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2011/11/28/bientot-noel-pour-le-sdr-cube/) mais plus pour les bidouilleurs). Cette platine supplémentaire permet d’ajouter un écran LCD matriciel 128×64 et d’en faire un affichage type analyseur de spectre par exemple (panadapter ou waterfall). Le prix exceptionnel de 20 $US va faire que tous les propriétaires actuels de SDR2Go vont se ruer dessus. A noter qu’il vous faut votre propre écran LCD (on en trouve sur eBay pour moins de 20$) et bien entendu une platine SDR2Go qui elle coûte 80$ port inclus.

Au passage Kees informe que la version 2 du kit contrôleur Si570 est un peu passée aux oubliettes. La raison n’est à mon avis pas technique (c’est en fait la même version que celle incluse dans le SDR2Go) mais plutôt “commerciale”. Il existe aujourd’hui beaucoup de kits autour du Si570 et en ajouter un n’aurait aucun intérêt. Le kit existant de K5BCQ offre l’avantage de la compacité, de la simplicité et du faible coût…

A noter que si vous êtes intéressés par ces kits mais que vous ne parlez pas (ou pas bien) anglais, je suis prêt à faire gracieusement l’intermédiaire avec Kees. Par contre il vous faudra disposer tout de même d’un bon niveau technique car je ne pourrais pas assurer le support “bas niveau” en français ne disposant pas moi-même de tous les kits sous la main. J’attends pour ma part de rassembler un peu de QSJ pour lui commander le kit Wattmètre QRP qui est une merveille technique, mais les priorités changent…

Nouveau transceiver QRP SSB avec VFO à DDS

Vu sur la liste (très ouverte d’esprit) dédiée au Bitx, un nouveau transceiver QRP d’origine australienne chew ozQRP (http://www NULL.ozqrp NULL.com/). Pour lever le doute, l’acronyme MST veut dire Minimalist SSB Transceiver.

Minimalist Sideband Transceiver BLU QRP (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/08/MST_case_open NULL.jpg)L’architecture entrevue n’est pas très originale en soit avec une FI sur 10 MHz et l’utilisation de circuits SA612, LM386 et d’un IRF510 comme transistor de puissance. Les performances semblent communes avec 40dB de réjection de la bande opposée et -45dBc d’atténuation des signaux indésirables pour 5W en émission (en cause l’IRF510). Par contre le VFO utilisant un DDS AD9834 de chez Analog Device est une bonne nouvelle, l’horloge de référence à 50 MHz laisse de la marge et l’encodeur rotatif commande un pas allant de 1KHz à 10Hz. Pas trop de photos disponibles mais l’impression donnée est plutôt bonne quant à la qualité du PCB et des composants. La documentation en anglais semble bien écrite, didactique et complète (http://www NULL.ozqrp NULL.com/download NULL.html).

Le prix est de 75$ pour le kit complet (hors boîtier) avec disponibilité immédiate (http://www NULL.ozqrp NULL.com/shop NULL.html). Les frais de port sont en sus et le paiement est possible via Paypal.

Assemblage du Mountain Topper Rig, partie 6 (fin)

Et voilà, mon Moutain Topper Rig est fini, dans sa boîte et fonctionne. Hier après-midi j’ai bouclé mon premier QSO avec JA1NUT. 4000km pour 5W dans la verticale, on ne peut pas demander beaucoup plus pour un premier QSO!

MTR fini monté dans le boîtier (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/08/100_3189 NULL.jpg)Rien à dire sur l’assemblage des composants traditionnels, aucune surprise. J’ai pris mon temps pour monter ceux ci car j’étais un peu occupé. Heureusement depuis quelques jours les enfants sont à la ferme chez leurs grands-parents et j’ai pu m’y mettre sérieusement après le travail.

Les premiers tests du micro-contrôleur et des circuits de base (manipulateur, afficheur LED…) se sont passés sans problèmes. Par contre en effectuant la calibrage de l’oscillateur de référence du DDS et de la fréquence du BFO j’ai eu une petite déconvenue car d’un seul coup le signal du BFO a disparu! C’était avant-hier soir et il était tard alors j’ai attendu jusqu’au lendemain matin.

Le matin venu, je vérifie et le DDS semble bien fonctionner. Je vérifie et refais toutes les soudures autour des mélangeurs SA612, du DDS… mais rien n’y fait. Je continue divers tests, vérifie les tensions sur les circuits, la continuité de certaines connections et regarde avec un fréquencemètre et une sonde RF si les signaux attendus sont bien là. Tout fonctionne. Le problème était en fait un peu plus bas dans la chaîne où la soudure de la patte de sortie du LM386 était mauvaise. Elle faisait parfois contact (quand je l’ai testé la première fois par exemple) mais pas tout le temps. J’ai donc pu régler les filtres passe-bandes et vérifier que le transceiver fonctionnait bien en réception.

Ensuite en émission j’ai eu un autre petit problème car j’avais utilisé un câble coaxial de liaison de récupération, et celui-ci était en court-circuit. Pas bon du tout, mais le PA du MTR est solide et une fois le câble changé j’ai 5W sur 20m et un peu plus de 4W sur 30 avec une alimentation de 12,5V. Le mieux étant l’ennemi du bien, j’ai décidé de ne pas chercher à améliorer cela. De toutes façons je vais ajouter quelques diodes en série pour diminuer la tension d’alim et la puissance de sortie histoire de ne pas fatiguer le PA (trois petits BS170).

Hier soir j’étais suis un OM comblé! Merci encore à Steve KD1JV pour ce magnifique transceiver. L’audio est très agréable dans le casque de l’iPod, le manipulateur fonctionne parfaitement et l’ergonomie très bonne pour une si petite taille (80 x 55 mm). 4 boutons et un afficheur 8 segments sont plus que suffisants quand on a le talent de Steve. Je savais que les kits de Steve étaient ingénieux et performants, je me demandais tout de même ce qui faisait que certains lui vouaient un tel “culte du QRP”. Quand on a eu entre les mains un de ces kits pour un prix si raisonnable, on comprend vite… Qualité du kit, des composants, de la documentation, performance, ergonomie, assistance sur les groupes de discussions… tout y est pour avoir un réel plaisir tant au montage qu’à l’utilisation.

PS : Oui, je sais, l’installation dans le boîtier pourrait être plus soignée. Je privilégie toujours plus le côté fonctionnel à l’esthétique. Toutefois la construction est suffisamment stable pour être transportée facilement sur le QRA de mes beaux-parents et opérer depuis les rizières en QRP. Reste à faire l’antenne, je cherche toujours après une canne à pêche suffisamment grande mais légère…

Assemblage du Mountain Topper Rig, partie 5

MTR 95% assemblé et boîter

Peu à peu j’ai continué le montage du MTR. Tous les composants traditionnels sont soudés sur le circuit, sauf les inductances sur tores de ferrite. Un des tores T30-2 est cassé, certainement durant le transport, mais je ne l’avais pas vu lors de l’inspection visuel du colis. Heureusement il me restait un de ceux-ci dans les pièces spécifiques aux bandes basses du kit SoftRock (j’ai monté le mien pour 30, 20 et 17 mètres).

Pas de difficulté particulière pour souder les composants, par contre je me gratte encore un peu la tête pour savoir comment mettre le circuit dans le boîtier de récup. J’ai quelques idées mais en trouver une optimale demandera un peu de bricolage et je cherche les meilleures solutions.

Assemblage du Mountain Topper Rig, partie 4

MTR Face inférieure tout CMS soudés

J’ai fini le montage des semi-conducteurs CMS sur la face inférieure du circuit. En fait ça a été beaucoup plus vite que ce que je ne l’avais pensé.

L’étain à souder très fin fourni par KD1JV est d’une qualité exceptionnelle et aide beaucoup à la rapidité du montage. Je n’ai du sortir la tresse à dessouder que 3 fois par sécurité dont une seule fois sur les circuits aux pattes les plus rapprochées (format TSSOP, le DDS et le micro-contrôleur). Ces deux circuits m’effrayaient un peu mais ils ont été parmi les plus simples à souder au final. D’autres circuits dont les pattes étaient un peu relevées m’ont donné plus de fil à retordre car je n’étais pas sûr de la qualité de la soudure et une vérification visuelle et au multimètre s’imposait.

J’en profite au passage pour rappeler qu’il vaut mieux vérifier deux fois les soudures ou les valeurs des composants pendant le montage que de devoir reprendre un circuit qui ne fonctionne pas. En cas de doute, le temps passé en vérification n’est jamais du temps de perdu car nous faisons tous des erreurs à un moment ou un autre. Aussi, au moindre signe de fatigue il vaut mieux reposer le fer à souder, se lever et faire un tour pour boire un peu d’eau par exemple. Avec l’expérience on est capable de souder plus rapidement et plus de circuits d’affilés, mais faire quelque chose quand on est fatigué ou avec un mauvais éclairage n’amène qu’à des erreurs, même pour les plus aguerris.

J’ai continué par le montage de quartz et dès que j’aurai un peu de temps libre dans la journée (c’est à dire pas tout de suite) je vais souder les contacts et commutateurs puis les composants traditionnels. Ils sont assez peu nombreux et ce qui demandera le plus de temps sera de bobiner soigneusement les quelques inductances sur tores de ferrite.

Assemblage du Mountain Topper Rig, partie 3

Ce week-end les enfants sont partis à la ferme de mes beaux-parents pour jouer avec leurs cousines. C’était l’occcasion d’un petit week-end en tête-à-tête avec mon épouse Moutain Topper Rig KD1JV face supérieure en court de montage (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/07/100_3164 NULL.jpg)ce qui ne nous était pas arrivé depuis longtemps. Ca m’a aussi laissé un peu plus de temps libre qu’à l’accoutumée pour faire de la radio, temps partagé entre le concours IOTA (mais pas à des heures trop tardives) et continuer le montage du kit MTR.

J’ai assez rapidement procédé à l’installation des condensateurs, résistances et inductances de la face supérieure du circuit imprimé. Les composants sont assez peu nombreux et bien espacés. L’installation des semi-conducteurs (un régulateur, deux transistors, un diode et l’afficheur 8 segments) se fait dans la foulée sans difficultés non plus. A noter que l’afficheur 8 segments n’a pas de pattes mais plots en cuivre avec des creux dans lequel la soudure vient couler. Cela demande une gymnastique différente mais pas plus difficile.

Une fois cela terminé je me suis rendu compte que j’avais sauté la page 5 du guide de montage et que j’aurais en fait du commencer par les semi-conducteurs sur la face inférieure, avant les composants passifs! J’avais pris cette page pour une simple page de recommandations sur l’installations des semi-conducteurs en général, sans m’apercevoir que c’était le moment de l’installation. Rien de grave, mais c’est vrai que j’aurai un peu moins de place pour travailler, il me faudra être plus patient et plus soigneux.

Au passage, rien ne manque dans les kits de Steve car même la soudure très fine pour les CMS et de la tresse à dessouder (pour les circuits intégrés au pas très serré comme le DDS où il est impossible de ne pas “baver”.) sont fournis! Il n’y a pas à dire, on sent l’expérience et le rapport qualité-prix justifie l’engouement intarissable pour les kits KD1JV.