Catégorie : Radioamateur Magazine

Lu pour vous : A year of DX par W9KNI

Voici à nouveau un article que j’avais écrit il y a quatre ans pour Radioamateur Magazine de F1FYY que je réédite aujourd’hui car il n’est plus disponible en ligne. Merci encore à Philippe d’avoir financé l’achat du livre dont je me délecte encore de la lecture régulière.

Concernant le DX Marathon (http://www NULL.dxmarathon NULL.com/), depuis la lecture de ce livre j’y participe tous les ans. Oh bien entendu pas aussi assidûment que W9KNI, et certainement par pour truster une place en tête, mais j’essaye chaque année de battre mon record personnel de l’année précédente et j’avoue que cela m’apporte un plaisir supplémentaire dans ma pratique de la radio.

Lu pour vous : « A Year of DX »
Une année de DX, par Bob Locher de W9KNI

Yqn XV4Y lisant A Year of DX de W9KNI (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2014/05/A-Year-of-DX NULL.jpg)Je vais ce mois-ci vous faire part de ma lecture du second opus de Bob W9KNI. Ce livre se veut un peu comme un journal, un recueil de pensées, du cours de l’année 2008 ou Bob s’est lancé dans l’aventure de remporter le CQ DX Marathon.

Dès la préface Bob explique que dans ce second livre il ne voulait pas faire un « réchauffé » du premier. Soyons francs avec lui, la tâche n’est pas facile. Les livres traitent globalement du même sujet (le DX), le ton est le même, et la structure est la même avec une alternance de récits, conseils et réflexions sur le radioamateurisme et le DX. Avant d’aller plus loin, en guise de conseil de ma part : si vous avez apprécié « The Complete DX’er », lisez celui-ci, sinon, pas la peine de vous y attarder.

L’auteur revient rapidement sur ce qui l’a amené à écrire ce livre et les circonstances et le hasard qui ont conduit à sa participation au CQ DX Marathon. Ce concours est un peu un OVNI dans les concours ou diplômes actuels, puisqu’aucune carte QSL n’est nécessaire et qu’il s’étale sur une année. Pas non plus de grosses équipes, d’équipements démesurés car la variable la plus importante dans l’équation pour la victoire reste le temps et la persévérance. Oh bien entendu, si comme moi vous avez juste un bout de fil qui pendouille dans le jardin, ne rêvait pas, mais n’importe quelle autre station si tant est qu’elle soit située en Europe ou sur la côte est des USA a toutes ses chances. Pourquoi ces restrictions géographiques ? Lisez le livre de Bob et vous saurez tout.

Cette fois-ci d’autres voix s’expriment au travers du livre et viennent étayer des considérations techniques ou simplement nous faire part de leurs expériences. Un peu surprenant au début, cela n’en est pas moins agréable à lire. Personnellement, j’ai particulièrement apprécié le chapitre sur le réglage efficace de l’audio transmise. D’une part il m’a fait me rappeler que c’est un des éléments prépondérant des contacts réussis, d’autre part les conseils sont à mon avis très justes et bien explicités.

Autre partie du livre qui m’a particulièrement plu, celle ou Bob tente une analogie entre la passion que nous éprouvons pour les contacts radio et plus exactement le DX, et d’autres hobbies. Nous nous sommes tous heurtés à ce problème : comment expliquer à ceux qui nous entoure ce qui nous motive à « causer dans le poste » à des heures indues, monter une station portable sous une pluie battante ou tendre des mats et des fils dès qu’on a bout de terrain ? Bob s’essaie à une explication, et son approche me paraît très bien ficelée. Je vous laisse en juger par vous-même quand vous lirez ce livre.

Chose intéressante, ce livre ayant été écrit en 2009 et venant d’être publié, son contenu est donc très actuel et reflète bien l’activité sur nos bandes et les questions qui surgissent dans la tête de chaque radioamateur face à la situation actuelle. Les réflexions que nous fait partager l’auteur sur le trafic et l’excellente analyse de KF7E sur la propagation en période de minima solaires et les moyens d’optimiser son DX sont très pertinentes pour cette année encore.

Pour moi qui comme beaucoup d’OM dispose d’une installation plutôt modeste (100W et une antenne filaire), qui subit les compromis du respect de la vie de famille, les contraintes professionnelles et qui ne va atteindre que 80 entités DXCC sur les 12 derniers mois en SSB, la lecture de ce livre a provoqué en moi trois sentiments parfois contradictoires mais complémentaires.

Tout d’abord il évoque une part de rêve. A suivre W9KNI dans sa quête et égrener avec lui les presque 300 pays qu’il contacte sur une année, je me suis mis à rêver d’avoir moi aussi une station aussi bien équipée que la sienne, qui si elle reste raisonnable, n’en est pas moins à la pointe, je me suis à espérer pouvoir un jour me lever à toute heure de la nuit pour chasser le pays qui me manque, et avoir mon épouse m’informer qu’un « new one » est apparu sur le DX-Cluster.

Ce sentiment s’est parfois transformé en jalousie, car manifestement il me faudra patienter pas mal d’années avant de pouvoir dédier autant de temps et de moyens au DX ou même à la radio en général.

Et puis finalement le sentiment qui reste est celui d’une satisfaction personnelle. Car toutes proportions gardées, avec les moyens qui sont les miens, mes résultats ne sont pas ridicules. A voir les difficultés que peut éprouver un OM comme Bob parfois malgré sa dévotions au DX, je me rends compte que mes échecs et mes désillusions sont le lot de tous. Et puis c’est aussi ce qui me plaît dans la radio et dans l’attrait du DX, la volonté de toujours améliorer sa station en quête de performance, même si c’est sujet à compromis…

Certaines personnes seront peut-être lassées par le ton parfois un peu trop doux et toujours consensuel de Bob. A bien y regarder, son livre ne se voulant ni un essai critique ni un pamphlet, le reproche peut difficilement lui être fait. De plus, c’est plus une constante culturelle américaine qu’un trait de caractère de l’auteur. Il faut un « happy end » à la fin du livre, et la norme et respectée, quelque soit l’issue du concours et la place qu’obtient Bob au classement. Il est vrai aussi que l’auteur cite de temps en temps les marques et produits dans lesquels il est impliqué (Bob possède des parts dans Bencher, Butternut et Idiom Press) mais je pense que c’est avant tout une conviction personnelle plutôt qu’un pur intérêt commercial même si celui-ci n’est certainement pas totalement absent.

Quoiqu’il en soit, j’ai réellement dévoré ce livre (comme le précédent), j’ai pris un plaisir constant durant sa lecture, et j’en sors grandi tant en terme de connaissance techniques sur la radio et l’univers du DX qu’en terme de partage d’expérience humaine. Comme pour le précédent opus, celui-ci n’est pas traduit et est écrit dans un anglais relativement accessible. Si la lecture de cette article vous a donné envie de le lire, un seul conseil, achetez « A Year of DX », vous ne serez pas déçus.

Kit manipulateur morse iambic en kit Black Widow par W5JH

Voici un deuxième article issu de ma collaboration avec Radioamateur-Magazine. Ecrit en mars 2011, il relate la construction du manipulateur que j’utilise toujours avec beaucoup de plaisir. Mon avis favorable sur celui-ci n’a pas changé, même en opérant à 20-25wpm. Malheureusement Jerry W5JH ne produit plus ce kit, et la société qui lui a racheté les brevets tardent à les utiliser pour sortir un produit commercial…

Un manipulateur iambic double contact en kit
La Black-Widow de W5JH

Black Widow finie - manipulateur morse iambic (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2014/02/C3_Fini NULL.jpg)Je me répète, je le sais, mais cette année je me mets à la télégraphie et je ne lâche pas. Pour être bon opérateur CW, il faut de bonnes oreilles, un entraînement régulier et aussi un bon manipulateur.

Après avoir lu les expériences d’autres OM, discuté avec les copains, j’ai décidé de ne pas passer par l’étape pioche. En effet, aujourd’hui tous les émetteurs-récepteurs sont équipés de manipulateurs électroniques, le code produit est beaucoup plus régulier, et je ne vois pas en quoi le cerveau humain serait incapable d’intégrer directement la manipulation double-contact, iambic ou non.

Je me suis mis à la recherche d’un manipulateur, en sachant très bien qu’un modèle bas de gamme n’était pas toujours une bonne affaire pour un débutant. Je me suis tourné vers les modèles d’entrée de gamme de Bencher, mais il semble que celui-ci soit plutôt adapté aux hautes vitesses et pas toujours le meilleur choix pour les débutants. Ensuite j’ai regardé du côté de Begali, qui fabrique des objets magnifiques et qui ont les louanges de tous leurs possesseurs, mais là le prix venait taper sur le plafond fixé pour un accessoire de radio.

Finalement, un peu par hasard, je suis tombé sur la Black Widow (Veuve noire) de Jerry Haigwood W5JH, et j’ai immédiatement su que c’était elle qui allait m’accompagner dans mes débuts en CW.

Réaliser soi-même son manipulateur

Pieces Laiton brut Black Widow (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2014/02/A1_PiecesBronze NULL.jpg)J’ai toujours été en admiration devant les beaux objets que sont les manipulateurs. L’entretien avec F6IIE dans ces colonnes il y a quelques mois me faisait un peu rêver quand il racontait avoir lui même réalisé sa propre clef. Beau travail d’ingénieur, beau travail de tourneur, beau travail d’ajuster et finition amoureuse des surfaces : un bel objet ne laisse personne indifférent, même ceux pour qui la radio est totalement inconnue.

Le problème c’est que pour fabriquer son propre manipulateur, il faut beaucoup de matériel et d’expérience du travail des métaux. C’est donc accessible à une élite rare qui très souvent propose ses services aux OM et les monnaye à des tarifs rarement bas. Je comprends cette situation, et je comprends qu’on puisse payer 500 € pour un manipulateur, mais moi je ne peux pas…

La Black Widow m’a tout de suite tapé dans l’oeil car elle offre le meilleur compromis possible. Jerry réalise pour vous le « gros oeuvre » en choisissant des matériaux de bonne qualité sans être luxueux. Vous réalisez les finitions et le montage vous-même avec tout l’amour que vous savez mettre dans notre passion commune. Vous obtenez un manipulateur aux performances jugées très bonnes par ses utilisateurs et surtout que vous savez parfaitement ajuster et maintenir au meilleur de ses conditions.

La Black Widow

Poncage socle Black Widow (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2014/02/A2_Poncage_socle NULL.jpg)Selon la description donnée par son auteur sur son site (aujourd’hui indisponible) : «  La Black Widow est un nouveau manipulateur en kit par W5JH Radio Products. Cette clef est entièrement construite en laiton avec base de 3 pouces sur 3 (environ 8 cm sur 8). Elle utilise des pièces usinées sur un tour à commande numérique pour un ajustage et une précision excellente. Le manipulateur dispose à la fois d’un rappel mécanique par ressort et par attraction magnétique. Les bras pivotent sur des billes de roulement haute précision pour un toucher doux. Les contacts sont plaqués argent pour une résistance de contact faible. Chaque bras dispose d’un fil plaqué argent pour le retour à la masse et ainsi éviter les faux-contacts intermittents. A peu près tout est ajustable y compris la tension sur les pivots, l’espacement des contacts et la force de rappel magnétique. Des vis à main verrouillent tous les réglages une fois que vous les avez affinés à votre goût. Des écrous cannelés sont fournis pour connecter votre câble sur le manipulateur. Des pieds antidérapants en plastique maintiennent sur place le manipulateur qui pèse une livre et sept once (environ 650 grammes). »

La première chose qui m’a séduit c’est le côté « kit », car on a à la fin un produit forcément unique sur lequel on aura passé du temps et qui aura une touche « homebrew ». Ensuite, il ne faut pas le cacher, c’est le prix. La Black Widow est à 74 USD port inclus vers l’Europe, soit environ 55 euros, auxquels se sont ajoutés pour ma part 8,50 USD (6 euros) pour avoir les palettes oblongues optionnelles, plus confortables que celles d’origine.

Pour parfaire le tout, les avis d’utilisateurs sur le site de W5JH et sur eham.net ne m’ont laissé aucun doute. Beaucoup d’OM possédant les manipulateurs cités précédemment et coûtant largement plus cher ne tarissaient pas d’éloge sur la clé que leur avait fourni Jerry. Certains vont même jusqu’à dire qu’il n’y a rien de mieux à moins de 500 USD…

La commande a donc été passée auprès d’un Jerry disponible et réactif, et le colis livré dans les délais habituels. Tout était emballé avec soin et aucune pièce n’est arrivée abîmée malgré le manque de soin inhabituel des douanes vietnamiennes (c’était les congés du Tét).

Manuel d’assemblage

Le manuel d’assemblage en anglais est livré sur CD-ROM mais est disponible aussi en ligne sur le site de W5JH. Il est en deux parties, une dédiée à l’aspect polissage/finition, l’autre à l’assemblage par lui-même.

Jerry ne vous expliquera pas par quel bout prendre le tournevis ni quel face du papier de verre utiliser. Néanmoins, je n’ai trouvé aucune information manquante et aucun doute possible à la lecture. Les photos abondantes facilitent grandement la tâche et bien qu’un niveau confortable d’anglais aide grandement ce n’est pas un point critique.

Nous avons hésité à vous offrir une traduction du manuel dans ces pages, mais tant le manque de temps que le manque de place nous y ont fait renoncer. N’hésitez pas à vous exprimer dans le courrier des lecteurs et nous étudierons alors la question. Si vous avez des questions précises, vous pouvez aussi les poser sur mon blog, j’essayerai d’y répondre en détail.

Au boulot

Poncage potence manip Black Widow (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2014/02/A3_Poncage_potence NULL.jpg)Pour le coup pas besoin de compétences ou d’expériences spéciales dans la réalisation du kit. Les pièces clairement identifiables et tout OM avec un peu de patience, un bon dictionnaire pour la traduction et une bonne dose de bon sens doit arriver à tout faire sans difficultés. En cas de doutes, Jerry répond à vos questions et donne les conseils nécessaires. N’hésitez pas aussi à vous rapprocher des copains du radio-club qui peuvent vous aider en particulier sur la traduction du manuel d’assemblage.

Si vous avez tout le nécessaire sous la main, environ 10 heures de travail sont requises pour avoir une clé pleinement fonctionnelle. Tout dépend du niveau de fini que vous voulez pour les surfaces, mais environ 7 heures sont nécessaire pour poncer, polir, ébavurer et vernir les parties métalliques. Comptez ensuite 3 heures pour le montage et l’ajustage de la clef. Le travail sera dans tous les cas à faire au moins en deux parties car il faut laisser le temps au vernis de sécher. Si vous souhaitez mettre 3 couches de vernis, une bonne nuit de repos est nécessaire.

En parlant des outils et produits requis pour le montage, en dehors des outils basiques (tournevis, fer à souder…) voici ce qu’il vous faudra :

  • Un petit étau (pour sertir les capuchons cannelés sur les vis)
  • 3 feuilles de papier de verre 180 ou 220
  • 3 feuilles de papier de verre 400
  • De la pâte à polir
  • De la colle epoxy (ou une colle aux propriétés similaire)
  • Du vernis en bombe
  • De l’huile de coude

En dehors de l’étau que vous devriez déjà posséder, l’ensemble ne devrait pas dépasser 20 euros. Ca reste donc très raisonnable

De la patience et du doigté

Le laiton se travaille très facilement, un peu trop peut-être. Allez-y avec mesure et patience si vous voulez un beau résultat.

Vernissage Pièces Manip Black Widow

Pour ébavurer les trous et siège des pivots sur bille, n’insistez pas trop au risque de les élargir ou les ovaliser. Il faut aussi adoucir les arrêtes des pièces car elles prennent facilement les coups et le vernis s’écaillerait rapidement. Certaines personnes aiment des formes arrondies très douces et y passeront beaucoup de temps, d’autres comme moi préfèrent les formes taillés à la serpe et se contenteront d’un travail plus léger.

Le manuel d’instruction recommande l’usage de papier 200, puis 400 et enfin d’une pâte à polir afin d’obtenir un fini « miroir ». Personnellement j’aime mieux un aspect « brossé », je trouve que le fini brillant est trop salissant.

Si vous voulez vraiment des contours arrondis et un aspect brillant, l’utilisation d’un dremel à 25000 t/m vous donnera les résultats escomptés en quelques minutes. La manipulation de ce style d’outil sort du simple cadre de cet article et je vous conseille de vous tourner vers les OM expérimentés en la matière.

J’ai donc surtout utilisé du 180 puis un peu de 400 pour certaines pièces, et juste un passage de pâte à polir pour affiner le grain. Avec une bonne couche de vernis, l’aspect est très flatteur et se nettoie facilement. Le vernis n’est pas obligatoire, mais il protège de l’oxydation, évite que le laiton ne soit marqué et permet donc de le nettoyer facilement avec un chiffon humide.

Vernis sec Manip Black Widow W5JH

Attention, et Jerry l’indique bien, une fois le laiton poli, ne le touchez pas avec les mains nues. Il prend très facilement vos empreintes et seul un nouveau polissage y vient à bout!

Pour ma part, c’est avec le vernis que j’ai rencontré le plus de problème. Je savais d’avance que la qualité du produit disponible sur le marché local serait très moyenne. J’ai pourtant bien l’habitude avec la peinture en bombe, mais j’ai du m’y reprendre à plusieurs fois sans obtenir un résultat totalement satisfaisant pour toutes les pièces.

En fait contrairement aux peintures, les couches doivent être plutôt épaisses pour éviter l’effet peau d’orange car le vernis à tendance à condenser sur le métal. De plus l’adhérence sur le métal est moyenne et le ponçage enlève une couche de vernis trop importante. Dernière précaution, multipliez les temps de séchage par deux car le moindre défaut se voit terriblement sur le laiton poli.

Réglages et prise en main

Pour les réglages, la Black Widow n’utilise pas de contre-écrous cannelés ou 6 pans comme c’est souvent le cas sur les clés d’entrée de gamme. Ceux-ci ont l’inconvénient de faire bouger les réglages chaque fois qu’on veut les verrouiller. Elle n’utilise pas non plus la solution très précise des vis micrométriques.

La voie retenue par Jerry allie bonnes performances et simplicité : des vis simples avec un capuchons cannelé et une vis venant perpendiculairement verrouiller le réglage. Vous obtenez ainsi un réglage facile (pas d’outils spéciaux), relativement précis et stable et pour un coût de fabrication très faible. Chaque coté étant réglable indépendamment on arrive facilement à trouver un réglage satisfaisant.

Pour les pivots, la solution retenue s’avère, là encore une fois, simple mais efficace car bien réalisée. Les deux bras disposent chacun d’une bille en bas qui les supporte et d’une autre en haut posée sur le siège d’un bâti transversal. On vient serrer plus ou moins fort des ressorts avec deux vis en haut de ce bâti et donc régler le jeu du roulement. Trop serrés et les bras demanderont plus de pression au risque parfois de « coller », trop de jeu et on risque le faux-contact par manque de précision dans le mouvement.

Pour ma part, en tant que débutant, j’ai choisi des réglages médians avec les contacts proches (à ¼ de tour du contact permanent), les aimants de rappel à moitiés sortis des supports et une pression sur les pivots à mi-course.

Montage socle manipulateur iambic XV4Y (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2014/02/C1_Montage_socle NULL.jpg)Durant deux mois d’apprentissage puis de QSO à 10-15 wpm, les erreurs à relever étaient purement la faute de l’OM, aucun rebond ou point dur n’était à mettre au compte de la clé. Les réglages ne bougent pas (sauf quand votre gamin de 4 ans vient y toucher) et pas de trace d’oxydation sur les contacts qui apprécient d’être protégés de la poussière quand vous n’utilisez pas le manipulateur.

Les palettes tombent à la hauteur parfaite pour moi. J’ai le bras bien à plat sur la table, le plat de la main posé et le poignet légèrement incliné. Aucune fatigue à ressentir même après plusieurs heures. A ce propos je vous recommande vivement de commander les palettes optionnelles rondes ou oblongues. Celles livrés d’origine sont en fait des médiators de guitare détournés de leur usage premier. Ils devraient fonctionner parfaitement mais manquent certainement un peu d’épaisseur pour un usage soutenu.

Avec un poids d’environ un kilogramme, la Black Widow est plutôt un manip léger. Si vous avez un toucher léger, les pieds antidérapants livrés d’origine devraient suffire largement. Pour ma part ma table d’opération est une table en bois style « table de jardin » et c’est donc loin d’être le meilleur matériau pour cet usage. Après avoir collé sur le bois un peu de ruban isolant électrique pour augmenter la friction vis-à-vis des pieds, je n’ai noté aucune tendance exagéré du manipulateur à vouloir se sauver, même pour un débutant comme moi. Suivant votre goût, il faudra peut-être alourdir le manipulateur en y collant une plaque de plomb ou lui installer des pieds en matériau spécial haute friction comme on en trouve dans le commerce ou sur internet.

Conclusion

Montage contacts clé morse Black Widow

Mon expérience en CW étant faible et ne possédant pas une collection de manipulateur comme point de référence, je me garderai de donner un avis définitif sur la qualité de cette clé. Je pense que le produit est bien conçu, et que la qualité finale dépend aussi de l’OM qui l’assemble. Ensuite, chaque OM a une manipulation différente et donc ses propres préférences en terme de manip.

Sans aller à comparer la Black Widow avec des produits à plus de 500 USD réalisés par des artisans de haut niveau, je pense qu’elle tient la route avec beaucoup de produits d’entrée de gamme pour un coût de revient moitié moindre. En plus, vous aurez la fierté d’avoir participé à construire un élément de plus de votre station.

Je ne sais donc pas si elle vous conviendra, mais en tous cas moi je l’ai adoptée!

Dernière chose, American Morse Equipment de W6AME propose aussi des manipulateurs en kit. Surtout renommé pour son « PortaPaddle » dédié aux activités portable, W6AME semble offrir des produits de bonne qualité. Si vous avez entre vos mains une de ses clés, n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et écrivez-nous un petit article…

J’ai lu pour vous : The Complete DX’er de W9KNI

Il y a quelques temps j’avais écrit plusieurs articles pour Radioamateur Magazine de F1FYY. Ce magazine n’étant plus disponible à la vente, je trouve dommage que certains articles soit perdus. Les articles d’actualité écrits alors n’ont pas d’intérêt particulier pour les lecteurs du blog, mais d’autres articles plus généraux ou au contraire plus pointus seront reproduits dans les semaines qui viennent.

Le premier est un compte-rendu de lecture du premier livre de W9KNI. Depuis j’ai relu ce livre plusieurs fois et les commentaires que j’en ai fait me paraissent toujours valables.

Lu pour vous : « The Complete DX’er »
Le DXeur accompli, par Bob Locher de W9KNI

The Complete DXer par W9KNI (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2014/02/The-Complete-DXer NULL.jpg)Tout d’abord, une chose importante à dire à propos de ce livre : c’est tout simplement un bon bouquin. Je veux dire par là, ce n’est pas seulement un bon bouquin de radio, mais un bon livre tout court. Bien écrit, intéressant de bout en bout, apportant nombre d’informations et d’anecdotes personnelles, et surtout sachant tenir en haleine le lecteur. Je l’ai vraiment dévoré et ses 223 pages n’ont pas tenu beaucoup plus d’une semaine.

Chaque chapitre terminé donne envie de courir au shack pour allumer les équipements et nous aussi trouver l’oiseau rare qui se niche dans un recoin de la bande. Accessible en lecture à toute personne comprenant notre passion même sans y adhérer, c’est à livre à prêter à vos amis. Ne rêvez toutefois pas de réussir à convaincre votre belle-mère de vous accompagner dans une expédition à Crozet grâce à lui!

Bob Locher se considère lui-même comme un DX’er accompli, n’hésitant pas à se lever à des heures indues pour chasser l’indicatif rare qui lui manque. Pourtant c’est sans aucune condescendance qu’il nous parle de sa passion et qu’il livre une partie des secrets qui lui ont permis d’arriver là. Il est aussi à noter que l’anglais « complete » contient une petite touche d’ironie absente de la traduction française du titre.

Bob dispose d’un palmarès impressionnant, acquis selon lui grâce à beaucoup de travail et une volonté permanente de s’améliorer. Si aujourd’hui il a écrit un livre dans lequel il donne son avis sur ce qu’il faut faire pour atteindre le St-Graal qu’est l’Honor-Roll du DXCC, c’est qu’il a trébuché et peiné avant d’atteindre le niveau de technique qu’il a maintenant. Sa devise pourrait être « Apprendre, toujours apprendre », à chaque échec se demander pourquoi on a failli. Cette devise est valable pour le DX, mais aussi pour toute activité.

Au fil du livre on passera en revue les habiletés qu’un bon opérateur DX doit posséder pour réussir les QSO les plus difficiles et Bob livrera certains de ses « trus et astuces » pour réussir à sortir d’un pile-up ou chasser avec succès la station rare qui se cache et évite les foules avides de contrées exotiques. On étudiera aussi les éléments qui permettent d’avoir la meilleure station du fauteuil jusqu’à l’antenne en passant par le choix du QTH. Loin d’établir un catalogue technique, Bob donne les moyens de faire le choix, les clefs pour apprendre et progresser.

Loin d’être élitistes, ses conseils s’adressent tant au chanceux qui dispose d’une ferme d’antenne en haut d’une colline qu’à l’OM moins bien loti qui installe ses antennes comme il le peut sur son balcon. Il est aussi très réaliste sur le fait que le DX est souvent un travail de groupe et que l’intérêt qu’il peut avoir à contacter un OM dans un pays rare est rarement réciproque : l’OM en question aillant peu d’intérêt à contacter un américain parmi des milliers. Il apporte aussi sa rétribution au travail des scientifiques et autres DX’er occasionnels qui émettent depuis les îles les plus isolées avec des moyens simples et une technique opérationnelle parfois limitée mais sans lesquels l’activation de tels indicatifs rares serait impossible.

Dans cette troisième édition Bob revient aussi sur un phénomène qui selon lui va vers l’appauvrissement du DX : le cluster. Beaucoup d’OM actuellement n’allument leur transceiver que si leur DX Cluster les a beepé pour annoncer une nouvelle DXpédition sur l’air. L’art du DX tel que le conçoit Bob est à l’exacte opposée : de l’écoute, toujours de l’écoute, et encore de l’écoute. Il n’hésite pas non plus à avouer qu’après avoir opérer pendant des années avec 1kW, il s’est découvert une seconde jeunesse dans le QRP, puis pratique maintenant le trafic QRQ. Bien utiliser son matériel, ne mettre en marche le linéaire que quand nécessaire, écouter et émettre au bon moment, ne pas oublier que pour faire un QSO il faut être deux à avoir envie de se contacter, sont pour lui les clefs du succès dans la carrière d’un DXeur mais aussi faire tout simplement que le plaisir dure et soit renouvelé à chaque QSO.

Bob est principalement un opérateur CW, mais la plupart des informations du livre s’adressent aussi à l’opérateur Phonie. Certaines remarques sont d’ailleurs particulièrement orientées vers la BLU. De plus, quand il parle de la CW et des avantages indéniables qu’elle donne pour le DX, il vous fait surtout regretter de ne pas avoir persévérer plus dans l’apprentissage de la télégraphie, sans aucun dogmatisme. (NDR : Ca y est, je me suis remis à l’apprentissage de la graphie après 15 ans d’éloignement. Merci Bob!).

Bon, c’est vrai que le livre est en anglais et que pour beaucoup ce sera un handicap à sa lecture. Parlons franchement, bien qu’étant un livre orienté technique et écrit de manière très fluide, il nécessite un bon niveau d’anglais (meilleur que pour une notice de kit mais moins bon que pour un roman de John Le Carré). Aux OMs qui hésitent, je dirais que pour 20 USD (plus 7 USD de port), prenez le risque. Avec un peu de persévérance vous y arriverez certainement et le plaisir que vous en tirerez sera d’autant plus fort. Si vous n’accrochez pas à lire dans la langue de Shakespeare, ce n’est pas grave, le livre se revendra très vite sur eBay…

Sortie de Radioamateur Magazine numéro 27

Couverture Radioamateur Magazine numéro 27 (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/07/RaM27-lacouv-320W NULL.jpg)Fruit du travail de Christian F8QRM, voici le nouveau numéro de Radioamateur Magazine (http://www NULL.malibrairienumerique NULL.fr/librairie/) disponible au téléchargement pour les abonnés, et à la vente au numéro. Un peu d’indulgence pour Christian car reprendre la mise en page d’un tel magazine n’est jamais chose facile.

Salon Viry-Radio 2012

Voici quelques photos du salon de Viry envoyées par Philippe F1FYY. Bonne organisation, bonne ambiance et beaucoup de copains au rendez-vous selon ses mots. Par contre il faudrait que les radio-clubs pensent à revoir leur communication pour attirer plus de jeunes vers la radio…

La rumeur dit aussi que Kenwood devait y présenter le nouveau TS-990s en première mondiale mais que le poids lourd (celui de l’affiche) ne passait pas la rue de la salle des fêtes. Ils se sont alors rabattus sur Dayton…

Programmer un micro-contrôleur Atmel ATtiny avec un Arduino (MAJ)

[GTranslate]

Il y a plus d’un an j’avais monté un kit balise QRSS (MEPT QRSS pour être exact) de G0UPL (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2010/08/16/kit-balise-qrss/). Hans livre le micro-contrôleur ATTiny13 du kit programmé à l’avance avec l’indicatif que vous lui demandez, or le mien a changé entretemps!

Arduino utilisé comme ISP pour reprogrammer un ATTiny13

J’avais donc en tête de reprogrammer celui-ci avec le bon indicatif. C’est facilement faisable avec une platine Arduino programmée pour agir en tant qu’ISP (In System Programmer). Une condition cependant, que les Fuse-bits ne soient pas programmés car dans ce cas un programmateur à tension élevée est nécessaire pour tout remettre à zéro. Hans et Steve m’ont confirmé que ce n’était pas le cas pour leur micro-contrôleur.

Je ne vais pas vous faire un guide pas-par-pas ici, plusieurs tutoriaux sont disponibles sur internet et mieux documentés. Je vais plutôt vous dire où trouver les informations. A noter que j’utilise un Macintosh, mais les grandes lignes restent les mêmes.

Liste des ingrédients :

  • La dernière version de l’IDE de l’Arduino (http://arduino NULL.cc/en/Main/Software).
  • Le pack de développement CrossPack pour AVR (http://www NULL.obdev NULL.at/products/crosspack/index NULL.html) qui permettra de compiler le code vers un binaire AVR avec XCode et installera aussi AVRDude permettant de communiquer avec le microcontrôleur de chez Atmel.
  • Un Arduino avec ATMega328, une plaque d’essais, des câbles, des jumpers et un condensateur (à mettre entre la pin RESET et la masse de l’Arduino.
Recette :
  • Lancer l’IDE Arduino, ouvrir le sketch Arduino ISP des exemples, le programmer dans l’Arduino.
  • Créer un projet dans XCode, copier le code du keyer QRSS (http://www NULL.hanssummers NULL.com/images/stories/qrsskeyer/beacon NULL.c) et le compiler.
  • Câbler l’Arduino et l’ATTiny de telle façon à raccorder les masses et +5V des deux circuits ensembles. Connecter les broches 10, 11, 12 et 13 de l’Arduino respectivement aux broches 1 (RST), 5 (MOSI), 6 (MISO),7 (SCK) de l’ATTiny13. (Voir photo un peu plus haut)
  • Ouvrir une fenêtre du terminal (shell) et récupérer l’ancien binaire (voir capture ci-dessous,cliquez pour élargir).Récupération du binaire du précédent programme dans la Flash de l'ATTiny13 avec AVRDude (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/01/Download-binaire-ATTiny13-XV4TUJ NULL.jpg)
  • Programmer l’ATTiny avec le fichier .hex généré par XCode (voir capture ci-dessous, cliquez pour élargir).Envoi du binaire du nouveau programme dans la Flash de l'ATTiny13 avec AVRDude (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/01/Upload-binaire-ATTiny13-XV4Y NULL.jpg)

Ca marche, ma balise envoie maintenant le bon indicatif (voir plus bas pour la mise à jour). Je n’ai plus qu’à procéder au réalignement périodique de la fréquence car celle-ci bouge un peu (50Hz c’est beaucoup en QRSS) avec les changements de saison et de température moyenne.

Mon but était de reprogrammer un ATTiny13 (http://futurlec NULL.com/Atmel/ATTiny13V NULL.shtml) avec le code source de G0UPL/G0XAR. Celui-ci est dans le langage C spécifique à ce micro-contrôleur, et avec le template AVR de XCode ont produit un binaire (fichier .hex) en code machine pour celui-ci. La flash sur l’ATTiny13 et de 1Ko, le binaire fait 664o.

Si vous disposez d’ATTiny45 ou ATTiny85, (http://futurlec NULL.com/Atmel/ATTiny85 NULL.shtml) ceux-ci ayant plus de mémoire, une autre possibilité existe si vous souhaitez créer vos propres programmes. En effet, le projet Arduino-Tiny (http://code NULL.google NULL.com/p/arduino-tiny/) a pour but de porter le noyau Arduino sur ATTiny. Ceci permet d’utiliser l’environnement de développement (IDE) d’Arduino et son langage plus évolué. Toutes les commandes ne sont pas utilisables car certaines sont propres au micro-contrôleur ATMega (http://futurlec NULL.com/Atmel/ATMEGA328P-AU NULL.shtml) des Arduino. Toutefois, pour un bon nombre de projets simples (balise (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2011/07/01/balise-cw-a-base-de-micro-controleur-arduino/), manipulateur électronique (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2011/12/09/arduino-manipulateur-cw-de-numero-de-serie-pour-concours/)…) cela permet de réduire de le coût et de simplifier le circuit.

Mise à jour : Contrairement à ce que je pensais au début même si la programmation du micro-contrôleur se passait bien aucune “manipulation” n’était effectuée par la balise, le signal restait fixe mais variait à cause du changement de température…

Je prends contact avec Stephen et Hans qui me donne deux informations. D’abord la fréquence à indiquer dans le Makefile pour la compilation est 9 600 000 Hz, car les ATTiny ont été programmés avec les fuse-bytes indiquant une horloge de 9,6 Mhz et pas de prescaling par le diviseur-par-8. Ensuite un petit bogue réside dans leur code qui ne compile plus sur les nouvelles versions de WinAVR (qui utilise avr-libc comme Crosspack). Après quelques recherches (je ne suis pas très doué en programmation), le code est corrigé et compile maintenant parfaitement. La version mise à jour du code devrait être disponible chez G0UPL, n’hésitez pas à me contacter pour plus de détails.

Arduino : Manipulateur CW de numéro de série pour concours

Avec l’ARRL 10M contest qui s’approche je me suis dit qu’il serait de bon ton de me remuer l’arrière-train pour enfin programmer ce manipulateur électronique spécial numéro de série pour les concours. Cet article fait suite à celui-ci sur une balise CW à partir du micro-contrôleur Arduino (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2011/07/01/balise-cw-a-base-de-micro-controleur-arduino/).

La majorité de nos transceivers actuels intègrent un manipulateur électronique à mémoire, mais peu embarquent la possibilité d’envoyer les “reports” ou plutôt les numéros de série durant les concours.

J’ai donc fait un petit programme sur Arduino qui vient combler ce manque. La plateforme matérielle et la base du code seront décrites dans le prochain numéro de Radioamateur Magazine (http://www NULL.malibrairienumerique NULL.fr/librairie/). Ce montage viendra sur la prise “straight key” de votre émetteur ou en parallèle de la sortie de votre manipulateur électronique externe si celui-ci ne fait pas les numéros de série.

Je vous mets le code brut de fonderie sur cette page, à vous de l’adapter. Il fonctionne mais il lui manque encore à mon goût la possibilité d’envoyer plus vite de 599 que le numéro de série en lui-même. J’ai finalement ajouté cette fonctionnalité en quatre lignes de codes, et c’est propre. Il manque encore la possibilité de dépasser le numéro de série de 999 et mettre ou non les zéros devant. Cela dit je ne pense pas m’éterniser plus sur ce code depuis que j’ai découvert ce dont je parle ici (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2011/12/14/arduino-un-manipulateur-cw-complet/). Les commentaires devraient vous aider à comprendre le code et l’adapter.

Apparemment le code source s’affiche mal, vous trouverez un fichier texte du code source sur ce lien (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2011/12/CW_Contest1 NULL.txt).

// Générateur de reports pour concours (contests) 599+numéro de série
// Vitesse variable par potentiomètre entrée A0, commande transistor pin D12 et LED pin D13
// Lecture des commandes par 3 broches 6, 7 et 8
// Codage de l'alphabet par Hans Summers G0UPL et Stephen Farthing G0XAR

// Version 0.9
// 09/12/2011 par Yannick DEVOS XV4Y

// Définition de l'alphabet sous forme binaire
// 0 = dot, 1 = dash
const int A	=	0b11111001;
const int B	=	0b11101000;
const int C	=	0b11101010;
const int D	=	0b11110100;
const int E	=	0b11111100;
const int F	=	0b11100010;
const int G	=	0b11110110;
const int H	=	0b11100000;
const int I	=	0b11111000;
const int J	=	0b11100111;
const int K	=	0b11110101;
const int L	=	0b11100100;
const int M	=	0b11111011;
const int N	=	0b11111010;
const int O	=	0b11110111;
const int P	=	0b11100110;
const int Q	=	0b11101101;
const int R	=	0b11110010;
const int S	=	0b11110000;
const int T	=	0b11111101;
const int U	=	0b11110001;
const int V	=	0b11100001;
const int W	=	0b11110011;
const int X	=	0b11101001;
const int Y	=	0b11101011;
const int Z	=	0b11101100;
const int _SPC	=       0b11101111;
const int _0	=	0b11011111;
const int _1	=	0b11001111;
const int _2	=	0b11000111;
const int _3	=	0b11000011;
const int _4	=	0b11000001;
const int _5	=	0b11000000;
const int _6	=	0b11010000;
const int _7	=	0b11011000;
const int _8	=	0b11011100;
const int _9	=	0b11011110;
const int _BRK	 =      0b11010010;
const int _WAIT  =	0b10000000;

// Format du message : 1er nombre = longueur, Caractères utilisent les constantes pour une équivalence binaire
const int msg[] = {10, T, _1, _2, _3, _4, _5, _6, _7, _8, N}; // Chiffres seulement avec abbréviations pour 0 et 9

// Attribution des broches
const byte inUP = 8;    // Broche 8 pour incrémenter les numéros de série
const byte inRPT = 7;   // Broche 7 pour répéter les numéros de série
const byte inDWN = 6;   // Broche 8 pour décrémenter les nuémros de série

// Réglages par défaut
const byte nbRepetition = 2;

// Déclaration et initilisation des variables
byte msgIndex = 1;
byte inc_bit = 8;
byte character = _SPC;
boolean start = false;
byte seqIndex = 8; // On démarre trop haut pour ne pas initialiser la lecture de suite
int sequence = 0;
byte repetition = 0;
int vitesse = 100;

byte key = 0;
byte etat = 0;

void setup()  {
  // on declare La patte 13 (LED intégrée) comme sortie
  pinMode(13, OUTPUT);
  // on declare les pattes inUP, inRPT et inDWN (Entrée numérique) comme entrées et on met en place la résistance de pull-up
  pinMode(inUP, INPUT);
  digitalWrite(inUP, HIGH);
  pinMode(inDWN, INPUT);
  digitalWrite(inDWN, HIGH);
  pinMode(inRPT, INPUT);
  digitalWrite(inRPT, HIGH);
  // Initilisation du générateur de nombres aléatoires avec la lecture d'une patte non connectée
  randomSeed(analogRead(A2));
} 

// Ici le micro-controleur bouclera indéfiniement
void loop()  { 

  if (repetition

 

Manipulateur morse Black Widow

Suite à l’article paru dans Radioamateur Magazine il y a quelques mois, Bruno de F4GPB a pris la décision de réaliser lui aussi ce manipulateur en kit. Il a donc contacté Jerry de W5JH pour lui en commander un…

Manipulateur Black Widow en cours d'assemblage (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2011/12/100_2987 NULL.jpg)La réponse qu’il a reçu (et qu’il nous a transmise) l’a un peu laissé froid. En fait Jerry a décidé de se retirer du business des manipulateurs de télégraphie. La bonne nouvelle c’est qu’il était en cours de discussion avec une marque américaine bien connue pour transférer le modèle.

J’ai ces derniers jours contacté Jerry afin de savoir s’il avait plus de nouvelles à l’approche des fêtes car la Black Widow aurait sa place au pied de nombreux sapins… Jerry se contente de me dire qu’il en train de transférer le modèle (sans citer la marque cette fois) et qu’il faut laisser du temps à cette autre compagnie de mettre les choses en place.

C’est bien que le design de la Black Widow ne soit pas perdu car je le trouve tout bonnement excellent. Simple techniquement mais très efficace pour une large gamme de vitesse. Cette clé est un plaisir à utiliser. Facile à régler, stable…

C’est une bonne affaire aussi pour le constructeur en question qui après avoir dominé le secteur des clés semi-automatique n’a jamais percé dans celui des manipulateurs ïambiques. Tout ce que j’espère c’est que ce produit sera toujours disponible en kit, car quand on regarde les produits de Kent (http://www NULL.kent-engineers NULL.com/twinkit NULL.htm) ou d’American Morse Equipment (http://americanmorse NULL.com/kk2 NULL.htm) ils sont en deca du point de vue rapport qualité/prix.

Radioamateur Magazine numéro 26

Radioamateur Magazine 26 couvertureLe nouveau numéro de Radioamateur Magazine est paru (http://www NULL.malibrairienumerique NULL.fr/librairie/). Il a été envoyé aux abonnés et est disponible à la vente pour 2,20€. C’est un numéro un peu plus épais que la normal et bien varié en terme de sujets traités. J’ai écrit 4 articles pour cette fois, dont celui sur le manipulateur Black Widow et un autre sur des antennes dipôles spécial portable QRP. Cela me rappelle qu’il faut que je me remette sans plus tarder à la traduction de l’article de G8JNJ. Il ne me reste que quelques pages pour clore la série.

Balise CW à base de micro-contrôleur Arduino

Ca fait un petit moment que je pensais écrire une suite à l’article de vulgarisation autour de la platine Arduino que j’avais fait pour Radioamateur Magazine. Je ne présente plus le concept Arduino si ce n’est en disant que c’est une plateforme complète (matériel, IDE, librairies…) qui permet de développer simplement et rapidement des circuit autour de micro-contrôleurs Atmel MegaAVR.

Balise CW à partir d'une platine Arduino Nano (http://capheda NULL.files NULL.wordpress NULL.com/2011/06/100_3005 NULL.jpg)Je voulais montrer une application simple de l’usage d’un micro-contrôlleur dans le cadre d’une activité radioamateur. Sans partir dans l’accès à des circuits externes comme un écran LCD qui tout en restant simple alourdissent le code et limite la compréhension pour le débutant, il restait peu de possibilités pratiques : un manipulateur Iambic ou une balise CW. Finalement c’est sur le deuxième projet que je me suis reporté sur le deuxième car j’avais un besoin propre pour des essais de propagation sur 80m et 40m que je veux faire en automne.

En avant-première voici le code (très simple) et une photo du montage. A noter que pour le codage de l’alphabet Morse je me suis inspiré du code fait par Hans G0UPL et Steve G0XAR pour le contrôleur de la balise QRSS (http://www NULL.hanssummers NULL.com/qrsskeyer NULL.html). C’est de loin le plus élégant et le plus efficace que j’ai vu. Une description complète et didactique accompagnée d’un code dûment commenté suivra dans un prochain numéro de Radioamateur Magazine dès que j’aurai eu le temps d’écrire un article au propre…

// Balise CW Arduino
// Vitesse variable par potentiomètre entrée A0, commande transistor pin D12 et LED pin D13
// 29/06/2011 par Yannick DEVOS XV4Y
// Codage de l'alphabet par Hans Summers G0UPL et Stephen Farthing G0XAR

// Définition de l'alphabet sous forme binaire
// 0 = dot, 1 = dash
const int A	=	0b11111001;
const int B	=	0b11101000;
const int C	=	0b11101010;
const int D	=	0b11110100;
const int E	=	0b11111100;
const int F	=	0b11100010;
const int G	=	0b11110110;
const int H	=	0b11100000;
const int I	=	0b11111000;
const int J	=	0b11100111;
const int K	=	0b11110101;
const int L	=	0b11100100;
const int M	=	0b11111011;
const int N	=	0b11111010;
const int O	=	0b11110111;
const int P	=	0b11100110;
const int Q	=	0b11101101;
const int R	=	0b11110010;
const int S	=	0b11110000;
const int T	=	0b11111101;
const int U	=	0b11110001;
const int V	=	0b11100001;
const int W	=	0b11110011;
const int X	=	0b11101001;
const int Y	=	0b11101011;
const int Z	=	0b11101100;
const int _SPC	=       0b11101111;
const int _0	=	0b11011111;
const int _1	=	0b11001111;
const int _2	=	0b11000111;
const int _3	=	0b11000011;
const int _4	=	0b11000001;
const int _5	=	0b11000000;
const int _6	=	0b11010000;
const int _7	=	0b11011000;
const int _8	=	0b11011100;
const int _9	=	0b11011110;
const int _BRK	 =      0b11010010;
const int _WAIT  =	0b10000000;

// Format du message : 1er nombre = longueur, Caractères utilisent les constantes pour une équivalence binaire
const int msg[] = {26, X, V, _4, Y, _BRK, B, _SPC, X, V, _4, Y, _BRK, B, _SPC, _1, _0, W, _SPC, P, S, E, _SPC, R, P, T, _WAIT};

const long intervalle = 60000; // (60 secondes ou 1 minute entre chaque transmission)

// Déclaration et initilisation des variables
byte msgIndex = 1;
byte inc_bit = 8;
byte character = _SPC;
boolean start = false;

int vitesse = 100;

byte key = 0;
byte etat = 0;
long dern_trans = 0;
long maintenant = 0;

void setup()  { 
  // on declare les pattes 12 (transistor) & 13 (LED intégrée) comme sorties
  pinMode(12, OUTPUT);
  pinMode(13, OUTPUT);
} 

void loop()  { 

  msgIndex = 1;

  while (msgIndex < msg[0]+1) {
    vitesse = 50 + round(analogRead(A0)/8);

    character = msg[msgIndex];

    inc_bit = 8;

    if (character == _SPC) {
        delay (9*vitesse); //
        inc_bit = 0;
    }
    if (character == _WAIT) {
        while (maintenant < (dern_trans + intervalle)) {
          maintenant = millis();
          delay (100);
        };
        dern_trans = millis();
        inc_bit = 0;
    }

    while (inc_bit) {

      etat = bitRead(character,inc_bit-1);

      if (start) {
        if (etat)
          key=3;
        else
          key=1;

        while (key) {
          digitalWrite(12, HIGH);
          digitalWrite(13, HIGH);
          delay (vitesse);
          key--;
        }

        digitalWrite(12, LOW);
        digitalWrite(13, LOW);
        delay (vitesse);
      }

      if (!etat && !start) start=true;

      inc_bit--;

    }
    delay (2*vitesse);

    start = false;
    msgIndex++;

  }

}