Mois : mars 2012

Nouvelle boîte d’accord automatique Elecraft KAT500

Je ne pense que la nouvelle ait été reprise quelque part, et merci à DX-Coffee (http://www NULL.dxcoffee NULL.com/)et I21171 (http://i121171 NULL.blogspot NULL.com/2012/03/coming-soon-kat500-high-power-autotuner NULL.html)pour le tuyau. En fait Freddy J28RO m’a coiffé sur le poteau… (http://j28ro NULL.blogspot NULL.com/2012/03/elecraft-kat-500 NULL.html)

Elecraft KPA500 vue d'artisteElecraft qui vient par ailleurs d’officialiser la première expédition de son transceiver KX3 après quelques retards, annonce le projet d’une nouvelle boîte d’accord automatique haute puissance, la KAT500 (http://www NULL.elecraft NULL.com/news NULL.htm). Elle est prévue pour adapter des charges présentant un ROS allant jusqu’à 10:1 sous une puissance de 500W et 3:1 pour une puissance de 1,2 à 1,5 kW sur toutes les bandes HF avec des performances un peu plus réduites sur 160m et 6m bien entendu. Elle offrira 3 ports d’antennes commutables, un affichage de la puissance et du ROS et s’intégrera parfaitement à la gamme K3 et KPA500 existante…

Elle est actuellement en test et en cours d’optimisation du firmware dans le laboratoire. Commercialisation (mais pas livraison ?) prévue pour l’HAMvention de Dayton en mai si tout va bien.

Transceiver SDR russes, HF, VHF et UHF

C’était sur le groupe Yahoo dédié au SoftRock. Un site russe propose des transceivers SDR “tout intégré” (http://sunsdr NULL.com/en/eshop/shop NULL.html) qui ont l’air pas mal du tout. Les pages produits ne sont pas très explicites mais on trouve des infos sur ces nouveaux équipements sur la page des nouveautés (http://sunsdr NULL.com/company/company-news NULL.html) et dans la boutique. La page documentation (http://sunsdr NULL.com/en/downloads/downloads NULL.html) a aussi quelques éléments intéressants.

SunSDR transceiver (http://sunsdr NULL.com/en/products/13-allproducts/16-transiver-sunsdr NULL.html)Les prix tournent autour de 1000 $. Pas donné mais pas déraisonnable non plus si le matériel fait bien tout ce qui est annoncé. Pour ce prix on a une solution propre tout intégrée avec couverture multi-bande, amplificateur de 30W, carte son avec convertisseurs haute qualité (100dB de Dynamic Range, 192KHz de bande-passante et résolution de 24 bits)… Un transverter bibande VHF et UHF est disponible avec un PA de 10W. Un modèle le propose même déjà monté dans le boîtier du SDR. Cela reste un SDR de technologie I/Q et les modèles actuels de FlexRadio ou RF-Space sont plus performants, mais le produit russe n’est pas dénué que qualités pour autant.

Le récepteur (http://sunsdr NULL.com/en/products/10-receivers/17-ee-mbsdr-01 NULL.html) semble quant à lui pouvoir recevoir 10 bandes simultanément ce qui explique son prix. Il est apparemment conçu pour répondre aux besoins des skimmers.

Etude du pic de puissance du TS-590s par DK5TX

Peter G4PNF a partagé avec les membres du groupe Yahoo TS-590s un excellent article de DK5TX. Cet article revient sur le problème de pic de puissance à l’émission (http://5tx NULL.de/?tag=ts-590) (ALC overshoot) avec une étude détaillée, des mesures rigoureuses et surtout une solution.

Mesure du pic de puissance ALC TS-590sIl aborde aussi le problème de “faible modulation” dont certains trouvent que leur TS-590s souffre et tord le cou à certains idées reçues et bidouilles très mal venues. Certains se sont aventurés à modifier les réglages usines en augmentant le seuil d’ALC et espéraient pouvoir faire “parler plus fort leur poste”. Les mesures montrent que si la puissance moyenne mesurée monte c’est uniquement à cause de pics de modulations que l’ALC ne corrige plus et que surtout le taux d’IMD3 grimpe en flèche! Pour réduire le pic de puissance à l’émission, c’est le contraire qu’il convient de faire, diminuer le seuil d’ALC, et la puissance moyenne en BLU mesurée n’en souffre pas en restant dans la norme des 20% de la puissance PEP.

Excellent article très didactique à lire même si vous n’avez pas de poste Kenwood.

Le QRPometer : kit WattMètre – ROSMètre QRP

Vu sur QRPer (http://qrper NULL.com/2012/03/new-kit-the-qrpometer-from-the-four-state-qrp-group/) mais aussi plusieurs blogs là (http://w2lj NULL.blogspot NULL.com/2012/03/four-state-qrp-group-hits-home-run NULL.html) et là (http://www NULL.amateurradio NULL.com/four-state-qrp-group-hits-a-home-run/). Le Four State QRP Group a lancé un nouveau kit (http://www NULL.wa0itp NULL.com/qrpom NULL.html) que je trouve très sympa. Dans la lignée des NoGaWaTT (http://www NULL.nogaqrp NULL.org/projects/NOGAwatt/kitinfo NULL.html) et du Wattmètre QRP de K5BCQ (http://www NULL.qsl NULL.net/k5bcq/Kits/Kits NULL.html) ce kit permet de mesurer des puissances allant d’environ 100mW jusqu’à 20W.

QRPometer montage fini sans LCD (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/03/qrpomkc0pmhboardmountedpartsfinishedbig NULL.jpg)Contrairement au NoGaWaTT (http://www NULL.nogaqrp NULL.org/projects/NOGAwatt/kitinfo NULL.html) et comme le kit de K5BCQ (http://www NULL.qsl NULL.net/k5bcq/Kits/Kits NULL.html) l’affichage est numérique. Il ne cède pas non plus à la mode des amplis-op logarithmiques qui bien que popularisés par les téléphones GSM restent un peu chers et ne sont disponibles qu’en CMS. Il est techniquement plus simple que le kit de notre ami Kees car la mesure elle-même est analogique et il n’y a pas de compensation numérique des biais de mesure. La précision obtenue est toutefois tout à fait bonne pour l’usage (meilleure que 5%) et meilleure que celle des appareils du commerce.

Les points forts de ce kit sont sa simplicité de montage (pas de tores à bobiner, pas de CMS) et le prix de 56$ expéditions à l’étranger compris. Le succès est tel que le premier lot de kit a été épuisé en 27 heures. Une nouvelle série devrait être produite mi-avril…

Mon choix personnel se porterait toutefois toujours vers le kit de K5BCQ qui offre à mon goût une gamme de mesure plus large (1mW à 25W) et des mesures plus précises pour un prix environ 10% plus élevé. Il y a quelques CMS à souder mais rien de rédhibitoire. Le NoGaWaTT quand à lui est moitié moins cher, mais il est aussi beaucoup plus simple techniquement… avec tout ça vous avez le choix!

An-Sof : Logiciel de modélisation d’antennes, gratuit pour radioamateurs

En réponse à un message concernant MMana, un OM m’a informé que lui utilisait An-Sof (http://www NULL.antennasoftware NULL.com NULL.ar/1_5_PRODUCTS NULL.html) (diminutif d’Antenna-Software et non d’Anne-Sophie). Son avantage étant de permettre de dessiner l’antenne sans entrée de coordonnées dans un tableau. Bien que MMana permette aussi de faire les choses de manière visuelle, je voulais y jeter un oeil.

Antenna Software modélisation d'antenne version 2.6

La procédure de téléchargement est plus complexe car il faut envoyer un message à la société. Les conditions limitées d’utilisation pour les radioamateurs sont expliquées sur page suivante (http://www NULL.antennasoftware NULL.com NULL.ar/1_7_SPECIAL-OFFERS NULL.html) et même une version gratuite complète est à gagner si vous avez un projet novateur d’antenne (http://www NULL.antennasoftware NULL.com NULL.ar/index NULL.php?news&nid=6). Après quelques jours l’éditeur m’a répondu par e-mail avec un lien permettant le téléchargement des 110Mo du programme d’installation. Une librairie Matlab doit aussi être installée. Une vidéo de démonstration est proposée en ligne pour prendre en mail le logiciel.

Le logiciel a l’air assez mûr et il est en version 2.6 qui apporte comme nouveautés intéressantes la gestion des câbles gainés ou isolés, les éléments en courbe et l’interaction avec MatLab. Je n’ai pas eu le temps de faire une évaluation complète de ses capacités mais honnêtement il ne m’a pas convaincu d’abandonner MMana.

C’est vrai il a l’air bien fait et relativement simple d’usage. Il a l’air précis du point de vue mathématique mais me paraît moins orienté “pratique” en particulier pour les antennes HF sur lesquelles le sol à beaucoup d’influence. Petit point gênant, on atteint vite les 100 segments de la version d’évaluation et je n’ai même pas été capable de lancer le calcul sur la Yagi 4 éléments avec radiateur “trombone” donnée dans les exemples. Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander une version d’évaluation et juger par vous-même.

Nouvelle version d’Argo par I2PHD

Argo, le célèbre logiciel de réception QRSS (Grabber) a été mis à jour. Son auteur l’avait en fait un peu oublié mais il lui en a maintenant corrigé tous les défauts que je lui trouvais. En vrac :

  • Fenêtre plus large, mieux adaptée au PC modernes,
  • Taux d’échantillonage fixé à 48 KHz. Les 5512 Hz de l’ancienne version causaient souvent des erreurs.
  • Traitement WOLA optionnel de la FFT (transformée de Fourrier) pour choisir entre résolution temporelle ou fréquentielle
  • Affichage sélectionnable de l’heure UTC ou locale
  • Entrée son sélectionnable
  • Téléchargemement automatique optionnel des captures sur un serveur FTP
  • Modes QRSS additionnels i.e. QRSS-600 et QRSS-1200
  • Champ sur le panneau pour les informations sur l’indicatif et le carré locator de l’utilisateur
  • Peut-être configuré pour démarrer automatiquement au chargement, capture automatique au démarrage et téléchargement automatique au démarrage
  • Quelques erreurs ont été corrigéees
  • D’autres choses dont je (I2PHD, l’auteur) ne me rappelle plus…

Le logiciel dans sa version 1.00 build 137 est disponible au téléchargement sur ce site web (http://dl NULL.dropbox NULL.com/u/15089947/Argo137 NULL.zip).

Un récepteur SDR VHF-UHF pour 20$

Dans la même veine que le FUNCube Dongle (http://www NULL.funcubedongle NULL.com/), vous pouvez avoir un récepteur SDR couvrant de 64 à 1 700 MHz pour environ 20$ si acheté depuis la Chine.

Récepteur Realtek RTL2832U (http://sdr NULL.osmocom NULL.org/trac/raw-attachment/wiki/rtl-sdr/ezcap_top NULL.jpg)En fait c’est un récepteur FM/TV Numérique (DVB-T) (http://www NULL.aliexpress NULL.com/product-gs/486876635-DVB-T-Digital-TV-USB-Dongle-Stick-With-FM-DAB-DAB--wholesalers NULL.html) pour PC sur port USB qui utilise le chipset Realtek RTL2832U. Selon AF6LJ (http://forums NULL.qrz NULL.com/showthread NULL.php?339016-For-The-SDR-Fans) il peut être détourné pour être utilisable comme récepteur SDR. Le logiciel de pilotage du circuit écrit rapidement sous Linux (http://sdr NULL.osmocom NULL.org/trac/wiki/rtl-sdr) ne permet pas aujourd’hui une démodulation directe mais enregistre les captures sur disques. Sans avoir fait le test, un traitement a posteriori par DttSP ou GNU-Radio doit être possible suivant ce qu’on trouve sur internet.

Quelques infos glanées ci-et-là me font ajouter à ce billet que d’une part le chipset E4000 (utilisé dans le FunCube Dongle) est préférable, d’autre part les performances en terme de dynamique de ces récepteurs seront toujours mauvaises car la quantification est faite sur 8 bits seulement.

BeagleBrick : l’iPad du radioamateur

Un copain me faisait remarqué que j’avais oublié la BeagleBrick (http://www NULL.rarcpio NULL.net/beaglebrick/main NULL.html) dans mon dernier article sur les Raspberry Pi, BeagleBoard et consorts (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2012/03/15/beagleboard-raspberry-pi-et-autres-pc-embarques-pour-les-radioamateurs/). Non je ne l’avais pas oublié, mais je trouvais l’article déjà assez long (apparemment les lecteurs du blog préfère les articles courts) et surtout la BeagleBrick n’est pas quelque chose de “fini” actuellement.

Concept BeagleBrickKC4NYK a fait un beau boulot il est vrai de produire une image disque (une distribution) regroupant tous les logiciels d’intérêt radioamateur pour la BeagleBoard. Je pense toutefois qu’il a sous-estimé l’ampleur de la tâche car 90% de ces éléments logiciels sont en version beta voire alpha et les maintenir à jour (et fonctionnels tous en même temps) doit être très difficile. La dernière mise à jour date du 22 septembre 2009.

De plus, si matériellement le concept paraît simple (on met dans le même package une BeagleBoard, une platine SDR type SoftRock et un écran LCD), faire fonctionner l’ensemble correctement pour pouvoir le produire en série n’est pas chose simple! Un PC (même du type embarqué) rayonne énormément de HF, l’écran aussi. Passer du concept de “tout intégré” à la réalité semble plus difficile à faire qu’à dire.

Aussi voici quelques autre points de détails qui me gène dans l’analyse fait par l’OM dans sa présentation. A noter qu’ils sont récurrents chez les défenseurs de la radio-logicielle (SDR). Il compare une radio “commerciale” disons à 1000$ au concept de BeagleBrick qui coûterait moins de 300$, mais :

  • Il n’intégre pas le prix d’un écran et d’un périphérique de saisie (clavier, écran tactile…) dans le coût. On pourrait évaluer ce coût supplémentaire à 100$.
  • Il compare une radio sortant 100W et une platine QRP limitée à 1W. Or l’étage de puissance et quasiment ce qui coûte le plus cher même si on le prévoit pour une bande unique. Cela rajoute donc un surcoût de 200$.
  • Les émetteurs-récepteurs type SoftRock sont souvent monobandes ou du moins limités. La solution est généralement trouvée sous forme de modules enfichables (pas très pratique ni fiable) ou avec un système comme la MoBo 4.3 (http://sites NULL.google NULL.com/site/lofturj/mobo4_3) qui a un coût loin d’être négligeable.
  • Du point de vue performances, les circuits audio intégrés à la BeagleBoard sont loin d’être de qualité suffisante. Les vrais adeptes de la SDR le savent bien, si on veut pourvoir profiter des qualités intrinsèques du concept de la conversion I/Q il faut un excellent convertisseur ADC. Ils sont toutefois suffisant pour générer un signal pour faire de l’AFSK avec un transceiver traditionnel, ou pour faire de la réception SDR occasionnelle.
  • Il y a l’éternelle question des latences inhérentes au SDR utilisant des micro-ordinateurs polyvalents plutôt que de DSP dédiés. C’est un long débat, mais sachez que faire de la CW à haute vitesse (en concours par exemple) avec une radio type FlexRadio même haut de gamme n’est pas du goût de tout le monde.

Enfin, je ne voudrais pas paraître de dénigrer le travail de KC4NYK et il a eu le mérite d’aborder le sujet et d’essayer. Tout ce que je voudrais dire, c’est que les transceivers HF “traditionnels”, qui l’air de rien sont tous des SDR aujourd’hui (le signal est généré ou démodulé numériquement par un DSP) ont encore de beaux jours devant eux. C’est vrai qu’on dispose maintenant de circuits “grands publics” plutôt performants pour un coût parfois dérisoire. Ils sont tout de même loin des performances des circuits spécialisés pour un coût comparable.

A ce propos, et comme point de comparaison, Elecraft vient d’annoncer la disponibilité de sa carte P3SVGA (http://www NULL.elecraft NULL.com/P3/p3 NULL.htm#svga) qui est en fait un module d’extension du Panadapter P3. Cette carte augmente les performances du P3 pour lui permettre d’afficher sur un écran externe de résolution 1920x1080p. Elle est proposée à 260$.

Balise WSPR autonome avec Arduino chez W3PM

Hier j’ai laissé tourné WSPR sur 30 mètres pour voir si la propagation était revenue à un niveau correct sur cette bande. Cela m’a aussi permis de valider les performances de l’OCF Dipole sur le 30 mètres où en principe elle ne devrait pas fonctionner…

Réception WSPR 19 mars 2012 sur 30m (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/wp-content/uploads/2012/03/WSPR_19mars2012_30m NULL.jpg)En lisant la partie “blog” du site WSPRnet.org (http://wsprnet NULL.org/) je suis tombé sur un OM qui parlait d’une balise autonome WSPR autour d’un Arduino. Intéressé, j’ai creusé un peu et j’ai trouvé une mine d’information sur le site de W3PM (http://www NULL.knology NULL.net/~gmarcus/). Cet OM a fait un excellent travail autour de WSPR en concevant des émetteur-récepteur mais aussi en utilisant des Arduino Uno et Arduino MEGA pour piloter un DDS. Il a aussi conçu le même style de générateur WSPR pour la platine QRSS de G0UPL/G0XAR (http://xv4y NULL.radioclub NULL.asia/2010/08/16/kit-balise-qrss/) mais sur un micro-contrôleur PIC. C’est cette dernière qui m’intéresse le plus mais je n’ai pas de PIC.

J’avoue que pour l’instant je n’ai pas encore eu l’occasion de regarder en détails comment me servir de toutes ces infos. Je me pencherai sur ce projet courant mai. Générer une séquence WSPR “manuellement” est possible car K1JT fournit le petit programme adéquat. Il faut ensuite moduler correctement la fréquence pour un shift de 1 à 3 Hz (positif et négatif, 4 symboles en tout). La difficulté pour les transmissions de séquences WSPR étant de devoir être calé à la seconde près sur les minutes paires sinon aucune trame n’est décodée… Une horloge asservie à un GPS résout le problème, mais je n’en ai pas. W3PM semble utiliser aussi un récepteur de signaux WWBV (disponible à bas prix) mais ça ne marchera pas très bien hors des USA.

A noter que F4GKA (http://www NULL.itsrainingelephants NULL.com/2012/03/04/fabrication-dun-mept/) s’intéresse aussi à ce problème et utilise lui une échelle de 4 résistance comme DAC pour piloter la varicap (une LED sur la balise de G0UPL).

Dernière chose, voici k6HX qui a construit une balise SSTV à partir d’un Arduino (http://brainwagon NULL.org/2009/07/23/success-robot36-encoder-works/). Bon, en fait il génère un fichier son (WAV) sur PC et l’Arduino en déclenche la lecture sur l’AudioShield… mais il y a de l’idée.

BeagleBoard, Raspberry Pi et autres PC embarqués pour les radioamateurs

L’arrivée du Rapsberry Pi (http://www NULL.raspberrypi NULL.org/) a fait beaucoup parlé de cette famille de PC « embarqués ». Les 10 000 premières unités produites ont été précommandées par au moins 200 000 clients ! Un point sur ce qu’ils sont réellement et leur intérêt pour les radioamateurs me paraît nécessaire.

Raspberry Pi (http://img1 NULL.lesnumeriques NULL.com/news/23/23602/rapsberry-pi-mini-pc-35 NULL.jpg)Nous commencerons par les plus anciens de la famille des BeagleBoard (http://beagleboard NULL.org/), projet totalement ouvert, plus destinés à être des « plateformes de développement » selon leurs auteurs et qui sont appuyés par Texas Instrument cherchant ici à développer l’usage de ses processeurs. L’architecture étant ouverte, un industriel peut ensuite produire une série taillée sur mesure de la plateforme correspondant exactement à ses besoins et réduisant les coûts.

Le Rapsberry Pi est plus un produit pour geeks et se veut vendu en masse. Plus fermé conceptuellement, il offre aussi moins de possibilités pour le concepteur du matériel de bidouiller.
Le dernier de la famille, dont nous ne parlerons pas c’est le Cotton Candy (http://www NULL.fxitech NULL.com/products/) : Un PC au format Clé USB plutôt puissant (il embarque un processeur Cortex A9 et 1 Go de RAM) n’offrant en fait aucune vraie entrée-sortie.

Tout d’abord les caractéristiques.

BeagleBoard-xMBeagleBoard originale

  • 125 $
  • Texas Instrument OMAP3530 à 720 MHz (ARM Cortex A8) = 1200 MIPS
  • Processeur graphique PowerVR SGX530
  • DSP TMS320C64x+ pour vidéo HD ou divers traitement du signal (SDR)
  • 128 Mo RAM, 256 Mo Flash
  • Bus I2C/SPI, GPIO, RS-232, JTAG
  • Connecteur USB et USB-on-the-go, lecteur carte MMC/SD
  • Entrée-sortie audio stéréo
  • Sortie DVI et S-Video
  • OS : Android, Ubuntu, WinCE, RISC OS, Symbian…autres Linux

BeagleBoard-xM (différences avec le BeagleBoard original) :

  • 149 $
  • Texas Instrument OMAP3530 à 1 GHz
  • 512 Mo RAM, pas de Flash intégrée
  • Ethernet 10/100
  • Port caméra
  • Lecteur MicroSD (jusque 4 Go)
  • Sortie HDMI (plus de DVI)

Pandaboard ES

PandaBoard ES

  • 182$
  • Texas Instrument OMAP4460 à 1,2 GHz (ARM Cortex A9 bicoeur)
  • Processeur graphique PowerVR SGX540 à 384 MHz
  • DSP TMS320C64x
  • 1 Go de RAM, pas de Flash intégrée
  • Lecteur carte SD (SDHC jusque 32 Go)
  • Ethernet 10/100, Wifi et Bluetooth
  • Bus I2C/SPI, GPIO, RS-232, JTAG
  • Port caméra, Connecteur DSI pour écran LCD
  • USB et USB-on-the-go
  • Sortie DVI et HDMI
  • OS : Android, Ubuntu et RISC OS

Raspberry Pi

  • 35$
  • Broadcom 2763 à 700 MHz (ARM1176JZF-S)
  • 256 Mo RAM
  • Sortie audio stéréo (pas d’entrée)
  • Ethernet 10/100
  • Bus I2C/SPI, GPIO
  • Connecteur DSI pour écran LCD
  • OS : Debian, Fedora, RISC OS
    (l’architecture ARMv6 n’est pas supportée par Ubuntu ou Android)

En faisant une petite recherche sur le web on se rend vite compte que peu de projets tournant sur ces plateformes ont trait au radioamateurisme. Ceci pour plusieurs raisons.

Tout d’abord une grande partie des applications que nous utilisons (cahier de trafic, cluster, modes numériques…) a besoin d’une interface homme-machine (un écran, un clavier en résumé) et ceci n’est pas inclus dans les produits ci-dessus. Le coût au premier abord paraît faible mais quand on y ajoute un écran on arrive vite à celui d’un PC portable premier prix.

SDR2Go avec UHFSDR

Ensuite, pour faire de ces systèmes un contrôleur de radio type SDR, se présentent rapidement deux écueils. Le premier c’est l’absence d’entrée-sortie à grande vitesse (le plus rapide étant le bus USB) pour accéder directement aux données d’un ADC comme sur le HPSDR. Les Beagleboard embarquent bien une entrée-sortie audio stéréo (soient 2 DAC et 2 ADC) mais les circuits sont de piètre qualité, loin des besoins d’une vrai radio SDR. Le deuxième c’est la difficulté pour programmer le DSP embarqué dans ces systèmes. Contrairement à ce qui existe sur d’autres plateformes dédiées au traitement du signal (comme celles utilisées sur le SDR2Go (http://www NULL.qsl NULL.net/k5bcq/Kits/Kits NULL.html) ou le SDRCube (http://www NULL.sdr-cube NULL.com/)), ici tout est à faire ou presque, et cela rebute pas mal de développeurs (voir le portage de GNU Radio sur Beagleboard (http://www NULL.opensdr NULL.com/node/17)).

Quand on regarde bien, le vrai but de ces produits n’est pas de fournir un système polyvalent mais surtout une plateforme « multimédia » comme le sont les smartphones avec qui ils partagent la plupart des composants micro-processeur en tête. Ok ils disposent d’entrées-sorties supplémentaires pour les adeptes de la bidouille, mais celles dont nous aurions besoin !

Un peu après avoir publié cet article j’ai lu un message sur la liste Knight QRSS qui suggérait que ce type de PC embarqué pourrait être parfait pour servir de Grabber QRSS. C’est une application que je n’avais pas envisagé. Seule la PandaBoard a suffisamment de puissance pour servir de décodeur WSPR par contre. A moins de porter les algorithmes de K1JT sur le DSP, mais c’est une autre paire de manches.

Et Arduino ?

En guise de conclusion, comment ces produits se comparent-ils à un Arduino (http://www NULL.arduino NULL.cc/) ? Tour d’abord en terme de performances brutes l’Arduino est largement derrière. Le processeur de l’ArduinoMega est à 16 MHz, 8ko de SRAM, 256Ko de Flash, pas de DSP, pas de circuits vidéos… rien à voir. C’est vrai qu’un Arduino est aussi puissant qu’un ordinateur familial des années 80, et qu’il peut déjà faire pas mal de choses.

La vraie force de l’Arduino c’est d’automatiser des tâches nécessitant beaucoup d’interactions électriques ou électroniques : commandes des relais (pour une balise, un manipulateur CZ) , capturer des valeurs (fréquencemètre, Wattmètre), piloter un bus I2C. Ecrire un tel code sur un Arduino est très simple et permet de concevoir un matériel autonome, fiable, très simple, consommant peu d’énergie et peu coûteux à produire en série si besoin. L’environnement de développement (IDE) de l’Arduino permet de concevoir un tel code en quelques minutes.

Bien entendu, on peut faire la même chose avec un BeagleBoard dont les entrées-sorties GPIO et I2C sont accessibles par des commandes du shell Linux. Honnêtement, c’est un peu utiliser un marteau-pilon pour enfoncer une punaise, et si on veut faire des choses complexes on va sentir le besoin d’un vrai environnement de développement et d’un langage dédié. De plus dupliquer le circuit sera difficile et coûteux et la complexité du matériel (et du logiciel) augmente le risque de panne.